Aux côtés d’Eliot Morsa, l'Antheitois Alfred Jacques a retrouvé une seconde jeunesse

Florian Caspers
 Alfred Jacques connaît parfaitement sa voiture, tout comme les routes empruntées par le Condroz. Un plus, non?
Alfred Jacques connaît parfaitement sa voiture, tout comme les routes empruntées par le Condroz. Un plus, non? ©Heymans 

Son sourire en disait long sur sa joie de se retrouver sur la place principale hutoise à une moins d’une semaine du grand départ du Condroz. Alfred Jacques, qui disputera déjà son onzième Condroz, a trouvé, en Eliot Morsa, un binôme parfaitement complémentaire. « C’est notre rallye, c’est un vrai plaisir de le faire, insiste ce Verlainois d’origine, désormais installé à Antheit. Depuis un an, j’ai retrouvé un copilote plus jeune qui moi et tout se passe vraiment bien. Son papa s’occupe des papiers et de commander les pièces. Cette petite structure à trois marche bien. Et nous sommes super contents d’être au départ. Mon copilote et son papa habitent sur la spéciale de Wanzoul. On connaît super bien les tracés et on a envie de se faire plaisir. Pour nous, c’est une fête. »