RÉTRO 2022 | À Saint-Georges, la drève n’a pas encore été aménagée

La consultation populaire concernant l’aménagement de la drève de Warfusée avait crispé l’opposition.

A. Ber.
 Il n’y aura finalement pas de piste cyclable dans la drève, mais bien des aménagements pour faciliter la mobilité douce.
Il n’y aura finalement pas de piste cyclable dans la drève, mais bien des aménagements pour faciliter la mobilité douce. ©Heymans 

Début 2021, l’annonce par la majorité de St-Georges de vouloir aménager la partie communale (320 mètres) de la drève du château de Warfusée avait fait réagir. L’opposition mais aussi de nombreux citoyens qui ne voulaient pas qu’on dénature "leur" drève. En septembre 2021, pour apaiser le débat, la majorité avait alors décidé d’organiser une consultation populaire, en envoyant 3 000 toutes-boîtes nominatifs. Avec trois propositions concrètes d’aménagement. Les Saint-Georgiens avaient été 559 à se prononcer: 244 pour qu’on ne touche pas à la drève et 315 pour qu’on l’aménage (154 en faveur d’un aménagement herbe/béton et 161 en faveur d’une bande drainante). Sauf que la façon dont avaient été analysés ces résultats avait fait tiquer l’opposition, qui les remettait dès lors en question. "On nous dit que c’est la proposition C, avec la bande drainante, qui a reçu le plus de voix mais c’est faux, puisque c’est la A, qui ne suppose aucun aménagement", insistait alors Marie-Eve Haidon, cheffe de groupe Projets citoyens. "On est vraiment furieux sur cette façon de comptabiliser les votes !", enchérissait Thierry Beltran, pour Écolo. "Mathématiquement, la proposition qui remporte le plus de votes, c’est le “non”. Ce n’est pas très démocratique d’additionner les “oui” parce que ce n’est visiblement pas le message que la population a voulu faire passer", ajoutait encore Thierry Velle, pour le PS. L’opposition soupçonnait aussi que certains votes n’aient pas été pris en compte et avait demandé à pouvoir vérifier "chaque vote en regard du registre de la population". Et le ministre Collignon avait été saisi pour se prononcer sur la validité de la consultation populaire.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...