On ne rentrera pas à l'école des Mésanges au 1 er septembre

Les travaux à l'école Les Mésanges, en partie incendiée en novembre dernier , ne seront pas terminés en septembre. Et lancés en mai?

On ne rentrera pas à l'école des Mésanges au 1 er septembre
13785535 ©© EdA

Oui, les écoliers et leurs enseignants ont poursuivi leur petit bonhomme de chemin dans les conteneurs aménagés en classes. Mais à coup sûr, l'incendie de l'école de Momalle, le 1er novembre dernier, est encore dans toutes les mémoires. Surtout ces dégâts occasionnés à une partie du bâtiment. Reste maintenant à penser aux travaux de réparation. Et là, cela s'apparente à une course contre la montre...

Lundi soir, les conseillers communaux de Remicourt se sont réunis en urgence pour parler de ces travaux de rénovation. «On devait passer la procédure de marché public, en raccourcissant son délai», explique le bourgmestre Jean-Marie Heyne. En adoptant la procédure d'adjudication publique avec délai restreint. «Normalement, le délai est de 36 jours de publication. On peut le réduire jusqu'à dix jours. On a opté pour trois semaines.» De quoi laisser le temps aux entrepreneurs de préparer leur travail à présenter à la commune. L'adjudication sera ouverte le 11 mai. Après vérification des offres, le collège espère que les travaux seront lancés pour la fin mai. «Si l'entreprise peut travailler en juin, une partie de juillet et août, ce sera bien.» Mais de toute façon bien trop court pour permettre une rentrée des classes en septembre dans les bâtiments fraîchement rénovés.

Le bourgmestre Jean-Marie Heyne ne se fait guère d'illusion. «Cela m'étonnerait qu'on ait fini à temps...» Les travaux? Ils sont nombreux et de différentes natures. Des travaux de menuiserie, du carrelage, de la peinture. Et surtout un gros poste, l'électricité. «C'est là que se situe le problème. Il faut refaire toute l'installation électrique. Dans l'aile qui a été touchée par l'incendie mais aussi dans l'autre aile. Il faut y remettre l'électricité en conformité.» Et ça, c'est le poste le plus lourd : 120 000 ¤ sur un chantier qui a été estimé à pas loin de 250000 ¤ avec TVA. Et la commune va devoir ouvrir grand son portefeuille car pas question de décrocher des subsides pour ces travaux de rénovation. Heureusement, l'assurance interviendra. Sur une partie des travaux cependant, pas sur cette mise en conformité de l'électricité dans la partie non-touchée par les flammes... «L'assurance interviendra pour 120000 ¤. Le reste sera à notre charge. Comme quoi, petite cause mais grandes conséquences...» Surtout qu'il y a aussi eu le nettoyage, la location des conteneurs et leur installation, ainsi que l'achat en urgence de matériel. «En tout, l'incendie aura coûté plus de 300000 ¤.» Avec un autre souci à résoudre aussi : les conteneurs ne sont prévus que jusqu'à la fin juin. «Les travaux ne seront pas finis. Le collège doit demander à l'assurance une prolongation des conteneurs jusqu'à la fin des travaux.»