Momalle a dit son dernier mot sur le terrain, pas dehors

Alors que la résignation semble avoir gagné les Momallois dans le jeu, en coulisses, on s'active : Momalle a-t-il une chance devant le C.P.?

Anthony Rizzi
Momalle a dit son dernier mot sur le terrain, pas dehors
13562898 ©© EdA

C'est le ciel qui est tombé sur la tête des Momallois fin de semaine passée. Eux qui pensaient finir tranquillement la saison en cours avant un solide renouvellement des cadres. Marc Liégeois qui, lui, oeuvrait déjà dans l'ombre afin de construire un noyau capable de jouer le top 3 «les doigts dans le nez» en 2011-2012. Tout Momalle qui s'apprêtait à enfiler son costard de gala en vue des festivités du 70e anniversaire. Le voilà aujourd'hui obligé de se mettre en mode P4. Renonçant à ses transferts.

Ironie du sort : c'est le 8 avril que Momalle pensait souffler ses 70 bougies. Ce jour-là, nul doute désormais que le club aura davantage la tête dans les choux puisque la décision du C.P. dans l'affaire Pinet, qui va coûter 18 points au club, sera tombée la veille.

À moins qu'une fois encore, Momalle ne sorte un lapin de son chapeau. Un lapin nommé, par exemple, article 517. L'article 517 du règlement de l'Union belge laisse en effet une toute petite porte ouverte aux jaunes et noirs. Il stipule qu'un joueur qui a joué, après octobre, sans être affilié l'espace de trois rencontres sous les couleurs d'un club sans qu'il y ait réclamation d'un autre club est automatiquement qualifié. Pinet, sans doute le Momallois le plus triste au bord du terrain d'Hognoul dimanche, passerait donc par les zones d'ombre du règlement. «On va voir ce qu'il y a lieu de faire, mais on va aller jusqu'au bout, assure Jean-Marie Heyne. Je ne vois pas pourquoi on devrait s'adjoindre les services d'un avocat. L'affaire Hatoufi (NDRL : où c'est Maitre Luc Ernès qui avait brillamment défendu le club dans l'affaire Hatoufi) nous a coûté beaucoup d'argent. Là, on ne peut plus se permettre pareille folie. D'autant plus que c'est pour ma pomme puisque c'est moi qui ai mal affilié le joueur en question. Mais même en P4, le club survira...»

On a posé la question au C.P. : Momalle a-t-il une chance sur base de cet article 517? «Je ne le pense pas, dit Valérie Vanvoorden, adjointe du secrétaire provincial. Ce qu'évoque là, c'est le principe de la bonne foi. Or, si vous lisez attentivement cet article, vous verrez que ce principe n'est pas valable pour des joueurs qui ont été désaffectés...» Or, l'ami Pinet a été désaffecté en octobre de son précédent club d'Oreye. L'argumentation de Momalle s'écroule donc comme un château de cartes. Comme dimanche sur le terrain, finalement. Là aussi, Momalle s'est écroulé. «Je suis triste pour eux, dit Claude Libert, le coach d'Hognoul. Je n'aimerais pas être à leur place. Mais longtemps, il ne fut pas de bon ton non plus d'être dans notre position. Là, on commence à émerger. Il ne faut pas oublier que cette affaire ne nous arrange pas. Dans le nouveau classement (NDL : qui est à confirmer), on pointera à quatre longueurs du premier non descendant. Mais j'ai foi en mes gars : je sens qu'ils ont une énorme envie. Tous sont concernés. On a une envie dingue de rester en P3. Resterai-je au club? Ça dépend pour une bonne part de notre maintien. Je me sens bien ici. » On l'a vu, Claude. Le meilleur homme sur le terrain.