Fraiture Sp. quarante fois fâché

Malencontreusement nommé « Les 40 voleurs» sur le site internet d'un autre quotidien, Fraiture Sp. s'est senti blessé. Il demande explications et excuses.

Anthony Rizzi

Gros émoi dimanche soir au sein du club de Fraiture Sp. Alors qu'un observateur consulte le site du quotidien La Dernière Heure, son attention est attirée par un détail. Sous la bannière résultats et plus précisément le match Momalle - Fraiture Sp., le nom du club condrusien a été effacé et remplacé par la mention « les quarante voleurs ». Quoi? Fraiture Sp., des voleurs? Parce qu'ils ont «volé » - et ce n'est qu'à moitié vrai - la victoire à Momalle? Qu'est-ce que c'est que ça?«Pour nous, c'est un scandale, nous annonce dès dimanche soir Christophe Genet, l'entraîneur des Rouge et Blanc. Qu'est-ce que c'est que cette insulte? D'où vient-elle? Et pourquoi? On ne comprend et on n'accepte pas...» On peut comprendre même si on voit mal le site internet de la D.H. se moquer volontairement du club condrusien.

Dès dimanche soir, les responsables du site sont mis au parfum, ôtant la mention dénigrante une petite heure après sa publication malheureuse. Et dès lundi soir, lors d'une réunion visant à aborder la saison prochaine, les membres du comité fraiturois abordent la question.

«Au départ, on pensait porter plainte, explique Christophe Genet. Après réflexion, on va se contenter de transmettre un courrier recommandé aux responsables du site, leur demandant excuses et explications. Si la chose devait se reproduire, je vous garantis qu'on n'en resterait pas là... On est blessé par ces propos...» Qui, il faut le reconnaître, n'ont pas leur place sur un site d'information sportive, mais ne sont pas non plus de quoi en faire une montagne.

Devant l'émoi suscité, nous aussi avons essayé de joindre nos collègues. Qui ont finalement répondu.

«À l'heure où je vous parle (NDLR : tard dans la soirée d'hier), on enquête. On prend la chose très au sérieux, et on est franchement désolé pour ce club. Jusqu'ici, on n'a pas encore la réponse à la question. Il s'agit sans doute plus d'un problème technique qu'autre chose (sic). Un mauvais plaisantin? Une partie de ces résultats ne sont pas dépendants de notre rédaction, mais nous sont fournies par l'extérieur. Mais là, je préfère ne pas en dire davantage, car il faut explorer différentes pistes...» Fraiture Sp., qui enverra son courrier dans le courant de la journée, patientera donc pour avoir une explication définitive. Il ne l'aura pas... volée.