Fini le poêle au milieu de la classe

Au bout de 13 années de palabres, les élèves ont enfin découvert leur nouvelle école de Hodeige. Finis les bâtiments vétustes !

Jefferson Yans
Fini le poêle au milieu de la classe
12273360 ©© EdA

«La rénovation de l'école

mater nelle de Hodeige est un peu notre Dallas remicourtois : un feuilleton aux épisodes nombreux et aux rebondissements fréquents . »

Mais à présent c'est terminé. Henri Maquoi, l'échevin de l'Enseignement, peut pousser un grand « ouf » de soulagement. Il ne dissimule d'ailleurs pas sa bonne humeur en inaugurant l'école pour laquelle il porte le dossier et se bat depuis 1997.

« Elle était attendue depuis si longtemps, explique la directrice des lieux. Grâce à ces travaux titanesques, nous disposons enfin d'une charmante petite école digne de ce nom . » Cela devenait effectivement très urgent pour l'enseignement à Hodeige qui ne compte plus que des classes maternelles depuis quelques années déjà. Les vieux bâtiments de la rue Terwagne tombent en ruine. Si bien que la population scolaire commençait à diminuer et atteindre un niveau dangereusement bas. Pas étonnant vu la vétusté des lieux.

Mais cette période de vaches maigres semble s'éloigner peu à peu. « Le collège s'est battu pour maintenir à Hodeige une implantation maternelle moderne, précise Jean-Marie Heyne, le mayeur. Le personnel dispose à présent d'un outil pédagogique performant . »

Comme dans les manuels scolaires

Présents à l'inauguration, plusieurs jeunes couples de parents se renseignaient dans le but d'y inscrire éventuellement leurs rejetons. De bon augure.

Mais la personne la plus heureuse était certainement Madame Jeannine, l'unique institutrice de l'implantation. « Cela devenait quasiment insalubre de l'autre côté. Au milieu de ma vieille classe, il y avait toujours un poêle pour le chauffage, comme sur les photos que l'on voit dans les manuels pour présenter des anciens locaux scolaires. Il pleuvait par les fenêtres. En hiver, il y faisait très froid. »

Mais après vingt ans passés dans cet endroit et malgré tous ces soucis, Madame Jeanine le quitte avec un petit pincement au coeur. « Le cadre y était magnifique. Ici, les aménagements extérieurs doivent encore être terminés. Mais je suis soulagée, car je quitte ce bâtiment vétuste pour beaucoup mieux . »

Coup de pouce à la bibliothèque

À présent, l'institutrice disposera d'un dortoir, d'un réfectoire, d'une classe où réaliser des activités de bricolage, sans oublier la bibliothèque communale présente à l'étage. « Pour les parents, c'est déjà beaucoup plus attirant. Quant à mes petits élèves, ils sont contents aussi. Cela fait un an qu'on leur parle de ce déménagement . »

C'est ainsi qu'après un week-end de transfert très chargé pour Madame Jeannine, Maëlle, Romain, Manon, Mattéo, Ryan, Emerick et leurs camarades ont découvert leur toute nouvelle classe. Sûr qu'ils l'auront vite adoptée.