Obliger les automobilistes à ralentir

Des coussins berlinois seront installés dans plusieurs rues à Pousset et à Momalle. L'opposition, elle, souhaite plutôt un plan de mobilité global.

Anne JACQUEMIN

Obliger les automobilistes à ra lentir, surtout en bordure des zones agglomérées, aux entrées et aux sorties des villages, tel est le but des autorités communales de Remicourt. Elles répondent ainsi à l'inquiétude exprimée par les riverains de plusieurs rues. « Effectivement, dans certaines rues, les automobilistes circulent bien trop vite, explique Jean-Marie Heyne, le bourgmestre de Remicourt. Si nous sommes au courant de cette situation, c'est grâce aux radars mobiles. » C'est pourquoi des coussins berlinois vont être installés dans plusieurs rues. Quatre coussins berlinois précisément à Pousset et à Momalle. « Dans le village de Pousset, ces coussins berlinois seront placés rues de la Mer, Pansaerts et du Monastère. À Momalle, le quatrième coussin sera aménagé à la rue des Héros. » Depuis l'installation d'un radar à Bléret, pour éviter de se faire flasher, la plupart des automobilistes passent dans la rue Pansaerts où la circulation est donc beaucoup plus dense qu'auparavant. « Ces quatre coussins berlinois seront réalisés en dur, ils auront une longueur d'1 m 70 sur une largeur d'1m70. Ils seront fixés dans le tarmac à l'aide de chevilles. Bien entendu, les coussins berlinois seront placés au milieu des voiries. De plus, nous ferons installer des potelets de part et d'autre de chacun d'entre eux. » Avoir une vue globale

de la mobilité Évidemment, ces installations ont un coût : 32 603,76 ?. « Même si la sécurité n'a pas de prix, ces quautre coussins berlinois coûtent très cher ! » Pour Guy Baucant, conseiller communal Écolo, installer de tels aménagements n'est pas une façon de travailler. « Je suis conseiller en mobilité depuis 2001, explique-t-il. Pour cela, j'ai suivi des cours durant lesquels on nous a appris à, tout d'abord, définir les problèmes de mobilité de la commune puis d'y apporter des solutions via un plan de mobilité. Mais pas d'effectuer la pose, par-ci, par-là, de quelques coussins berlinois pour faire plaisir à certains riverains. Il faut avoir une vue globale de la situation. Par ailleurs, bien entendu, je suis pour la sécurité dans la commune ! » Benoît Bustin, conseiller communal EC, est du même avis que Guy Baucant. « Il faudrait absolument avoir une vue globale de la mobilité à Remicourt. » Réplique de Jean-Marie Heyne : « L'objectif était de faire quelque chose . Quand on constate le prix d'un seul coussin berlinois ! Par le passé, nous avons déjà tenté de faire ralentir les automobilistes via le parcage alternatif. » Mais visiblement sans succès...

La pose de ces quatre coussins berlinois n'a pas été votée à l'unanimité puisque Benoît Bustin et André Lahaye, un autre conseiller EC, se sont abstenus. Guy Baucant, lui, a voté contre.