«L’Amour est dans le pré»: Jean se confronte au speedating

Jean, l’agriculteur ouffetois de l’émission, vivra ce dimanche le speedating avec ses 9 prétendantes retenues. «Un choix difficile…», confie-t-il.

«L’Amour est dans le pré»: Jean se confronte au speedating
Ce dimanche, Jean va choisir les trois prétendantes qui le rejoindront à la ferme. ©L’Amour est dans le pré
Sabine LOURtie

L'émission de télé-crochet L'Amour est dans le pré, sur RTL, en sera à son deuxième épisode ce dimanche. On découvrira ainsi Jean, agriculteur ouffetois, le seul Huy-Waremmien de cette saison, vivre l'expérience du speedating. Après avoir reçu un bon paquet de lettres de prétendantes, parmi lesquelles il en a choisi neuf, le jeune homme de 34 ans va les voir défiler. Elles auront cinq minutes pour le convaincre au détour d'une conversation à bâtons rompus. Un exercice parfois difficile pour ces dames. Mais pas pour Jean. «Le matin du tournage, je réalisais déjà une promo pour l'émission. L'après-midi, c'était le speedating. À force d'avoir eu des caméras autour de moi, je suis arrivé assez à l'aise. On commence à les oublier. Par contre, j'ai été au speedating sans préparation, sans questions prénotées, j'ai suivi mon instinct, je suis resté naturel, moi-même. Au final, il y a eu des moments super sympas, d'autres un peu plus embarrassants.»

Au terme du speedating, l'agriculteur choisira les trois candidates sur lesquelles il a flashé le plus, celles avec qui il pense pouvoir construire quelque chose. «Le choix, c'est un moment difficile car il faut dire non à des filles qui ont parfois fait 400 km en une journée pour venir me voir, cinq minutes. Humainement, ce n'est pas gai. Le côté émotionnel prend le dessus. Et puis, j'ai dû en retenir trois alors que quatre me plaisaient. Les départager a été compliqué.»

Ses trois «coups de cœur» – «je n'en dis pas plus avant la diffusion» – passeront ensuite trois jours à la ferme, à ses côtés, pour vivre son quotidien d'agriculteur et se découvrir. «Ce que j'attends d'elles à la ferme? Passer un bon moment mais aussi voir si la fille correspond à mon style de vie, accroche avec mon métier. Je cherche une compagne compréhensive avec mon job, fait d'imprévus, lié à la météo. Je ne veux pas une ouvrière ou une copilote pour mon tracteur mais tout simplement une personne qui comprend mon job et qui sait pourquoi on se bat dans ce secteur.»

Sur le même sujet