«J’ai été moi-même harcelée»

Sur les réseaux sociaux, Gaëlle VP et Simon Herck ont la cote auprès des jeunes. Participer à un projet comme celui-là était important pour eux.

«C’est souvent difficile pour eux de se confier et un projet comme celui-là peut être un déclic pour en parler», explique Gaëlle, originaire de Bruxelles. Ce sujet, l’influenceuse en a d’ailleurs parlé il y a quelques mois via un post sur Instagram. «J’ai voulu partager certaines choses qui me tenaient à cœur, notamment le fait que j’ai été moi-même harcelée à l’école. Je reçois aussi des messages de “haters” toutes les semaines. Suite à ce post, j’ai reçu des centaines de messages.» Simon Herck, originaire de Waremme, en a, lui aussi, déjà parlé avec certains de ses abonnés. «J’avais notamment quatre filles qui me suivaient depuis le début et qui m’ont expliqué ce qu’elles vivaient. Je pense que pour les jeunes, c’est plus facile de nous en parler. Ils se sentent écoutés.»

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.