Des bandes organisées pillent les champs

Durant le conflit, des bandes venues des villes viennent piller des cultures. C’est en tout cas ce qu’affirme un agriculteur.

Durant l’été 1944, un fermier d’Ouffet a dû faire constater à une dizaine de reprises des vols dans ses cultures. «J’ai constaté ce matin que des inconnus avaient coupé des épis d’orge sur une superficie de 62 ares au lieu-dit Tivy.» Un fait qui s’est donc multiplié sur des superficies variables : 26 ares, 70 ares…