Sarah Bovy : « Des hauts et des bas »

Sarah Bovy pratique le sport automobile depuis l’âge 12 ans. Sereinement, la Nandrinoise revient sur ses joies et ses peines de pilote.

David Dessouroux

Elle est tombée dedans, dès son plus jeune âge. « Mon papa (Quirin Bovy) fut un pilote à part entière dans les années 70 et 80. Il a pris part à toute une série de courses en Formule 2 et Formule 3 », rappelle Sarah Bovy. Et pourtant, la Nandrinoise de Villers-le-Temple, aujourd'hui âgée de 22 ans, n'a pris goût pour le sport auto que sur le tard. « Petite, je n'étais pas vraiment intéressée par les voitures. Ce n'est qu'à l'âge de 12 ans que j'ai commencé à rouler. » Sa première expérience ? Quelques tours de pistes à bord d'un karting. « C'était à la foire de Huy », se remémore la jeune pilote.