« Je suis d’accord de tout faire pour que ça ne se produise plus »

Un Modavien risque 2 ans de prison et 8 000 € d’amende pour détention d’images pédopornographiques et incitation à la débauche.

Anne-Françoise Bertrand

Il admet qu’il a un souci. Travaillant au contact d’enfants, il a d’ailleurs démissionné quand l’affaire a éclaté, en 2019, suite à la dénonciation d’un organisme américain qui avait constaté que le Modavien avait diffusé deux images pédopornographiques. Depuis, il a refait sa vie professionnelle et entamé un suivi psychologique deux fois par mois "pour comprendre pourquoi je faisais ça, pourquoi ça a commencé". Il a aussi dit être d’accord de tout mettre en œuvre pour que ça ne se produise plus, en respectant des conditions qui lui seraient imposées par le tribunal par exemple.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.