Le nom du futur bourgmestre de Marchin (enfin) dévoilé

En quelques mois, Adrien Carlozzi sera passé de conseiller communal à bourgmestre. Ascension fulgurante pour le Marchinois.

Le nom du futur bourgmestre de Marchin (enfin) dévoilé
À 35 ans, Adrien Carlozzi deviendra bourgmestre en janvier 2022. Jamais il n’aurait pu l’imaginer. ©C.Vi.-

Certains diront qu'il était temps, d'autres qu'on avait encore de la marge. Le nom du futur bourgmestre de Marchin est connu: Adrien Carlozzi sera le nouveau capitaine du navire. D'abord conseiller communal puis président du conseil communal, il avait accédé à la table du collège en octobre 2020 après la désignation d'Éric Lomba comme député. Il avait d'ailleurs repris la plupart des matières de l'ancien mayeur. Le socialiste, avocat de 35 ans, avait pourtant fait ses débuts en politique en 2012 au sein du groupe Écolo, il prendra ainsi la tête de la Commune. Quelles sont ses ambitions? Les projets qui lui tiennent à cœur? Celui qui se caractérise comme un «homme de terrain» se dévoile: «Je n'avais pas du tout ambitionné de devenir un jour bourgmestre, ça s'est fait naturellement après un concours de circonstances. J'appréhende ce job comme le capitaine d'une équipe de football. Celui qui est choisi n'est pas celui qui a le plus d'expérience ou qui est le meilleur mais celui qui sait fédérer et défendre aussi les intérêts du groupe.» Alors, Adrien Carlozzi, était-il le choix logique avec ses 164 voix lors des dernières élections communales (Gaetane Donjean le devançait avec ses 246 voix de préférence)? C'était, en tout cas, une décision commune. «Tout a été réfléchi et pensé et il ne s'agit pas de petits arrangements entre nous, reprend-il. Le groupe PS-IC a nommé 4 personnes qui étaient chargées de sonder un peu l'attente et les envie des membres du parti et ils ont ensuite fait un rapport. Il n'y a jamais eu match entre nous car Gaëtane a rapidement exprimé qu'elle ne briguait pas le poste de bourgmestre.»

«Je déteste le conflit»

En janvier 2022, il prendra donc la tête du collège, à la suite de la démission de Marianne Compère dû à des problèmes de santé. Nouveau défi, nouvelle aventure avec, à son bord, une opposition qui l'attendra au tournant. «Je sais que c'est le jeu et qu'on ne peut pas faire l'unanimité en politique, analyse Adrien Carlozzi. Le changement fait peur et c'est normal mais j'ai envie d'être quelqu'un de rassembleur. Je déteste le conflit et j'essaye toujours au plus possible de l'éviter.» Et le Marchinois a de l'entraînement avec son métier d'avocat. Engagé, passionné, coopératif et les épaules solides, il aura deux ans pour faire ses preuves avant les prochaines élections. «En 2024, je serai certainement sur la liste du groupe PS-IC mais je n'ai pas l'ambition d'être candidat bourgmestre, précise-t-il. On reste une équipe soudée et nous penserons à l'intérêt des citoyens et du groupe avant tout. Je fais de la politique parce que je crois et je suis investi dans les projets que le collège développe. Je prends autant de plaisir dans mon métier d'avocat que je ne compte d'ailleurs pas laisser tomber.»

Faire tomber le masque

Adrien Carlozzi le sait, être bourgmestre, ce n'est pas un long fleuve tranquille. «Je sais qu'à certains égards, je devrais travailler sur moi-même, confie-t-il. Je peux paraître comme quelqu'un de distant au premier contact. Dans mon non-verbal, je peux parfois faire peur donc je vais devoir apprendre à mettre moins de barrières car je suis plutôt quelqu'un d'avenant et de rassurant.» Faire ses erreurs dans ses nouvelles fonctions? Oui, certainement mais même pas peur: «Oui il y aura des faux pas mais c'est humain. On continuera d'avancer ensemble et l'expérience viendra avec le temps.»

Entre son métier d'avocat, son futur rôle de bourgmestre, son équipe de foot à Strée, ses mandats de président de différentes associations locales, le père de famille de trois enfants devra choisir et renoncer. «Ce n'est pas une perspective qui m'enchante, sourit-il. J'ai toujours aimé être sur plusieurs fronts à la fois car c'est qui m'enrichit dans mon quotidien. C'est mon adrénaline.» Hyperactif dans l'âme le Marchinois, non? «J'arrêterai probablement le foot mais pas cette année car on vise le titre en P4», lance-t-il. Quelle sera l'issue finale de ce match et de la prochaine saison? Personne ne peut le dire mais, pour l'heure, Adrien Carlozzi compte bien prouver qu'il peut être le capitaine sur lequel les Marchinois peuvent compter.