Lomba défend la pérennité du GAL

Éric Lomba, avec sa casquette de député, défend la pérennité des GAL. Qui, tous les 6 ans, vivent dans l’incertitude.

C.Du.

Tous les six ans, les GAL (groupes d'action locale) vivent dans l'incertitude. Sans savoir s'ils seront renouvelés. Incertitude pour les projets mais aussi, surtout, pour les chargés de mission et les directeurs qui ne savent pas s'ils seront encore là une fois la période de six ans écoulée. Une situation que le Marchinois Éric Lomba, avec sa casquette de député, a voulu mettre en lumière. Tout en tentant de trouver une solution à cette problématique plus qu'inconfortable. «C'est toujours un peu compliqué avec l'Europe», explique-t-il. Les GAL sont cofinancés par l'Europe (40%), par la Wallonie (50%) et par les collectivités locales (10%). «En fin de programmation, on ne sait pas anticiper et on se retrouve à faire des budgets avec des bouts de ficelle.»