Malgré la crise, l’épicerie et le projet de halle gardent le cap et se développent à Huy

Comment l’épicerie, rue du Pont à Huy, fait-elle face à la crise ? Où en est le projet de halle, rive gauche ? On fait le point.

caroline viatour
Malgré la crise, l’épicerie et le projet de halle gardent le cap et se développent à Huy
©Heymans

La halle de producteurs locaux sur le site de l’ancien Mestdagh, à Huy, ça fait longtemps qu’on en parle et qu’on l’attend. Mais avec la situation actuelle, où en est le dossier ? On ne va pas se mentir, le circuit court, comme bien d’autres secteurs, est une des victimes directes de la crise énergétique et économique. Une réalité que connaît l’épicerie de la halle, ouverte le 16 mai 2022, sous l’impulsion de l’ASBL Devenirs. Ce projet avait été lancé rue du Pont, en attendant l’inauguration du tiers-lieu et de la halle qui prendront leurs quartiers rive gauche. Le secteur étant en perte de vitesse, comment l’épicerie garde-t-elle le cap ? "C’est notre embryon de halle, débute Albert Deliège, président de l’ASBL Devenirs. On n’a pas encore atteint notre vitesse de croisière mais doucement, le public répond présent. C’est difficile pour tout le monde en ce moment mais on suit notre plan financier. On fera le bilan fin 2023."

Quand on sait que chaque semaine, les commerces plient bagage en essuyant des factures d’électricité qui doublent ou triplent et en faisant face à des baisses de fréquentation, comment l’épicerie reste-t-elle viable ? Le projet de halle reste-t-il sur les rails ou est-il compromis ? "Tout projet comporte des risques et c’est vrai qu’on se pose des questions. C’est important de tenir compte des réalités mais rien n’est remis en question. La force de ce projet c’est qu’il y a notre structure derrière pour porter tout ça. On a une expérience de près de 30 ans dans le secteur. En toute modestie, nos compétences sont un atout et permettent de contrebalancer les craintes et les doutes. D’autant que pour l’épicerie, nous n’avons pas un objectif de rentabilité immédiat. C’est un point de départ pour nous et qui nous a permis d’aller chercher des subsides et de fidéliser les producteurs qui nous suivent déjà."

Marchés locaux relancés

Que personne ne s’y trompe, la halle, baptisée le "rêve gauche" par Éric Lomba, président du pôle synergie qui a donné l’impulsion à ce vaste espace de circuit court, reste un projet qui a du sens et qui est porteur en matière d’emploi, de redéploiement économique, de tourisme, de développement durable mais aussi de valorisation de nos producteurs. Un pas après l’autre, le dossier avance et l’année 2023 sera synonyme de concrétisation à bien des égards. Trois personnes seront prochainement engagées pour mener à bien les défis à venir. "Le premier objectif sera de relancer les marchés locaux en juin 2023. Le premier se déroulera le dernier jour de notre festival “Nourrir le territoire de Huy-Waremme” qui est un peu le prolongement du festival de la transition alimentaire, annonce Albert Deliège. Dans cette dynamique, nous organiserons également rapidement des ateliers culinaires et des formations sur les bonnes pratiques alimentaires à adopter. Elles se donneront pour les professionnels mais aussi pour le tout public dans l’objectif de réduire le gaspillage. Enfin, 2023 sera aussi synonyme de permis d’urbanisme pour lancer les travaux début 2024." Et programmer ainsi l’inauguration en 2025. Entre temps, il y aura beaucoup d’autres axes à développer et à concrétiser. "Tout est possible sur le site. L’idée, c’est que se rencontrent de nombreux publics différents. Le premier étage sera dédié aux bureaux où nous espérons nous installer dans le courant de l’année, aux espaces de coworking, aux salles de formations et, au rez-de-chaussée, la halle et son pool alimentaire. Pourquoi pas plus tard accueillir une mutuelle ou une crèche. Cela permettra d’attirer des publics variés. Il y aura également une microbrasserie avec des brassages réguliers en collaboration avec La Pêcherie Brew Club, un regroupement de zythologues et amateurs de bières artisanales. Tout sera produit et vendu sur place, détaille le Marchinois. La halle n’a pas encore de nom mais le tiers lieu se nommera “La maison de l’alimentation durable et solidaire”. Ce sera la porte d’entrée du site."

Et du côté des enjeux énergétiques, le projet n’est pas en reste. Avec plus de 1000m2 de panneaux photovoltaïques pour être pratiquement autonome et des envies de travailler sur les pistes de la géothermie au niveau du chauffage, le bâtiment s’inscrit dans l’air vert du temps. Voilà, c’est tout pour le moment. "Non, non, reprend Albert Deliège qui n’arrête plus de faire émerger des idées. On veut aussi développer une dynamique touristique pour inciter les personnes extérieures à se rendre dans ce lieu. On est encore au stade zéro mais l’envie est là. On pense aussi au développement culturel. Des événements pourront s’organiser en collaboration avec le centre culturel de Huy et celui de Waremme. On veut aussi interpeller d’autres acteurs comme l’Atelier Rock par exemple. Et enfin, durant les jours de marché, nous mettrons en place des performances culinaires avec des chefs de la région pour leur permettre de faire découvrir leurs produits et leur façon de travailler. Voilà. Je pense que cette fois, j’ai tout dit."

À Huy, dans le quartier de la rive gauche, l’heure n’est donc plus aux rêves mais aux ambitions concrètes et aux changements.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...