Nouveau vol au recyparc de Solières: un des 1 500 faits commis chaque année…

Un nouveau vol au recyparc de Solières, mercredi soir ? C’est habituel dans tous les parcs à conteneurs que gère Intradel. Qui ne banalise cependant pas du tout ces vols.

Catherine DUCHATEAU
 Le recyparc de Solières n’est pas plus la cible des voleurs que d’autres…
Le recyparc de Solières n’est pas plus la cible des voleurs que d’autres… ©Heymans 

Mercredi soir, vers 21h, les automobilistes qui quittaient Huy et se dirigeaient vers Perwez n’ont pas manqué de voir l’étrange manège de trois véhicules à deux pas du recyparc de Solières. Certains ont d’ailleurs eu le réflexe d’alerter la zone de police de Huy. Le parc à conteneurs que gère Intradel est bien esseulé sur cette chaussée. Il reçoit d’ailleurs souvent la visite de rôdeurs aux mauvaises intentions. Et c’était encore le cas mercredi soir.

"C’est vrai qu’on nous a signalé un manège suspect en début de nuit, explique le commissaire Patrick Jaumotte. Ça arrive, c’est pourtant moins fréquent que cela ne l’a déjà été. Mais on n’a toujours pas eu de contact avec Intradel pour signaler une effraction."

Et la zone de police de Huy n’en aura pas car l’intercommunale de gestion des déchets a décidé de ne pas déposer plainte. Non pas qu’Intradel banalise les vols dans ses recyparcs mais simplement, si elle devait déposer plainte pour chaque vol, elle n’en sortirait pas. Et les forces de police non plus. "Nous sommes fortement exposés aux vols et aux actes de vandalisme, explique Christian Marlier, chef de service du département recyparc à Intradel. Les parcs sont ouverts de 9h à 17h, mais après, ils sont vides." Et tous les recyparcs font l’objet de vols, celui de Solières est loin d’être une exception. Le nombre de méfaits commis est juste… impressionnant. "Début décembre, on en était à 1304 faits de vol et vandalisme commis dans nos 49 recyparcs depuis janvier", explique le chef de service. Sur les cinq dernières années, Intradel comptabilise une moyenne annuelle de 1500 déclarations faites par ses éco-guides, la nouvelle appellation de ses préposés recyparcs. Des déclarations en interne mais toutes ne font pas l’objet d’une plainte "Non, on ne dépose pas plainte à chaque fois. Uniquement pour les faits de grande ampleur. Pas pour les vols de déchets électroniques simples, quand les voleurs s’introduisent par le trou dans le grillage laissé par les prédécesseurs…" Car Intradel ne s’amuse plus à remplacer le grillage troué car c’est à peine réparé que c’est à nouveau troué… "On se rend compte que du petit électronique a été volé, on voit qu’il y a eu un passage mais c’est une petite effraction qui ne porte pas trop à conséquence."

On vole tout ce qui vaut un peu d’argent

D’autres expéditions de voleurs sont par contre plus importantes. Ils volent de plus gros électros et dévalisent plusieurs conteneurs qu’ils mettent à sac. "Ils retournent partout leurs contenus et c’est souvent couplé avec du vandalisme… Les murs des bureaux sont tagués. Et là, ça prend tout de suite quelques heures pour remettre tout en état." Ce qui est volé ? Tout ce qui est électronique, les métaux, les batteries mais aussi le textile. Tout ce qui peut se revendre en fait, "ce qui vaut un peu d’argent".

Et ces vols ont un impact pour l’intercommunale mais aussi son personnel. "Ça nous touche à plusieurs degrés, poursuit Christian Marlier. Déjà, quand les éco-guides arrivent sur leur lieu de travail et voient tout sens dessus dessous, ce n’est pas gai. Il est alors nécessaire de tout nettoyer pour ouvrir à l’heure." Ce qui n’est pas toujours possible quand les dégâts sont plus importants, quand il y a eu un début d’incendie, que les voleurs ont répandu des produits dangereux. Il y a le coût des réparations, des retards aussi. "Si on ferme le recyparc quelques heures, c’est du service public en moins. Ce n’est pas tous les jours mais ça arrive pour quelques parcs sur l’année." Ça se chiffre à plusieurs dizaines d’heures par an de non-ouverture de parcs, mais aussi d’argent qui ne rentrera pas avec la vente par Intradel de ce qu’on lui a volé.

L’intercommunale est bien conscient de la problématique mais "le contexte actuel n’est pas évident. C’est la débrouille pour par mal de gens. Et pour certains, ça passe par des visites de recyparcs pendant la nuit…" Intradel a décidé de ne pas déposer plainte pour le vol commis au recyparc de Solières mercredi soir. "On a effectivement enregistré une déclaration dans notre système interne pour vol de déchets électroniques après la fermeture du parc à 17h. Il n’y a pas eu de dégradation particulière. On l’a vu, on l’a enregistré pour nos statistiques." Et le fait sera un des 1 500 faits de l’année…

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...