Repas solidaire du Nouvel An pour les personnes isolées et sans-abri à Huy: ensemble contre la précarité

Ce 1er janvier, les " Fraternels " ont convié les personnes démunies à célébrer l’An neuf autour d’un repas organisé à la Croix-Rouge.

Tom Viatour
 Environ 20 personnes en situation de précarité ont participé au premier repas de Nouvel An organisé par les «Fraternels».
Environ 20 personnes en situation de précarité ont participé au premier repas de Nouvel An organisé par les «Fraternels». ©ÉdA

Ils sont une petite vingtaine à avoir répondu présent à l’invitation lancée par "les Fraternels" ce dimanche midi à la Croix-Rouge de Huy. Personnes isolées, sans-abri ou en situation précaire, tout le monde était le bienvenu pour débuter l’année 2023 dans une atmosphère chaleureuse vouée à remplir aussi bien les estomacs que les cœurs.

Apporter de la chaleur humaine et montrer aux plus démunis que leur sort ne les laisse pas indifférents, c’est le défi que se sont lancé Chantal Strouffs et Thierry Delgaudinne, membres des "Fraternels", un réseau de Hutois qui se mobilise depuis près de cinq ans pour venir en aide aux nécessiteux.

"On accueille tout le monde à bras ouverts, embraient les organisateurs. Il y a le potage en entrée, le plat principal qui est une choucroute accompagnée d’une purée et d’une saucisse ainsi qu’une bûche en guise de dessert. Ce repas est l’occasion d’apporter un peu de réconfort et de chaleur humaine à des personnes qui souffrent. C’est important pour nous de leur montrer qu’on les a vus et qu’on est conscient de ce qu’ils traversent. Quand on voit une personne mal en point dans la rue, on ne détourne pas notre regard. On se dirige vers elle et on tente de lui apporter notre aide. Que ça soit par le biais de couvertures, de nourriture, de soins médicaux ou d’attention, on essaye de leur tendre une main et de les accompagner dans leurs besoins sans aucun jugement."

Une bouffée d’oxygène

Entre rires et plaisanteries, chacun a trouvé un moyen de s’extirper d’un quotidien souvent pesant. Une bouffée d’oxygène dont Jean-Claude se félicite. "Ça me fait du bien de venir, explique-t-il, sourire aux lèvres. Nous sommes vraiment gâtés. Le repas est excellent et l’atmosphère est conviviale, presque familiale. Je vis seul et ça me fait vraiment plaisir d’être ici. Je n’ai pas souvent l’occasion de participer à de tels repas dans une ambiance similaire à celle-ci. C’est l’occasion de partager avec d’autres gens et de se vider la tête."

« Seul chez moi pour le réveillon »

Ce sentiment, Jordan, le partage également. "Je n’ai rien fait de particulier pour le réveillon, raconte-t-il. Je suis resté chez moi, tout seul. C’est un peu triste de passer son réveillon du nouvel an de cette façon. C’est la première fois que je viens en début d’année à la Croix-Rouge. L’ambiance est festive et le repas est excellent. Ça fait du bien de voir d’autres personnes. Je suis venu aujourd’hui pour chercher un peu de chaleur humaine, d’affection. J’avais envie de rencontrer des gens et d’avoir quelqu’un avec qui je pouvais discuter. Ça fait du bien au moral de voir que nous ne sommes pas entièrement laissés pour compte et qu’il y a des gens qui se soucient de notre bien-être."

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...