Bypass, sleeve…: une carte adaptée dans ce resto hutois

Jonathan Byloos, de " La Cuisine de Jona ", va proposer une carte spéciale pour ses clients qui ont subi une chirurgie gastrique.

Anne-Françoise Bertrand
 Le cuisinier va proposer une carte spéciale pour les gens ayant subi une chirurgie gastrique.
Le cuisinier va proposer une carte spéciale pour les gens ayant subi une chirurgie gastrique. ©Heymans 

Jonathan Byloos, Wanzois de 33 ans, et son épouse, Anne Graindorge, adorent les sorties au resto. Mais, ayant subi un bypass (lui) et une sleeve (elle), ils en ressortent souvent frustrés. Étant limités dans les quantités qu’ils peuvent ingérer, ils se retrouvent toujours à devoir choisir "un plat pas trop consistant alors qu’on adorait avant se faire entrée, plat, dessert" ou à se justifier auprès du serveur qui ramasse leurs assiettes encore bien remplies. "Ça ne vous a pas plu ?", "Si, mais on a été opérés et on ne sait pas manger de grandes quantités…"

Du coup, Anne a eu une idée: et si, dans le restaurant repris par Jonathan en septembre dernier au Mont Falise (lire ci-contre), il proposait une carte spéciale, adaptée pour les gens ayant subi une chirurgie gastrique ? "La même carte que la normale mais avec des quantités et un prix adaptés. Par exemple, notre pavé de bœuf de 300 g et ses accompagnements deviendra un pavé de 150 g. Et les 150 g restants me serviront à faire de l’américain minute pour quelqu’un d’autre, par exemple, puisqu’on fait tout maison."

Le concept sera lancé le 1er décembre. Il suffira au client concerné de stipuler au serveur qu’il veut consulter la carte ad hoc. "On ne peut évidemment pas demander d’attestation médicale, on va se baser sur l’honnêteté des gens."

Depuis qu’il a présenté son projet sur sa page Facebook, "La Cuisine de Jona", Jonathan Byloos n’a en tout cas eu que des retours positifs. "J’ai eu plus de 600 commentaires, 1 300 partages et j’ai doublé mes followers en un jour, passant de 700 à 1500 ! C’est bien la preuve qu’il existe une demande, ça me conforte que l’idée de mon épouse était bonne. Mais c’est vrai qu’il y a de plus en plus de gens qui subissent ce genre d’opération."

Un label officiel en vue

Jonathan Byloos veut d’ailleurs aller plus loin, que d’autres restaurateurs lui emboîtent le pas. Pour, au final, créer un label officiel qui permettrait d’identifier, grâce à un autocollant sur la vitrine, les restaurants qui proposent une carte adaptée. Une amie restauratrice a déjà engagé quelques démarches officielles en ce sens. Et le cuisinier, lui, compte par ailleurs adapter aussi sa carte des desserts, pour qu’elle fasse également saliver les diabétiques, les intolérants au lactose…