Les box vélos de la gare, des vide-greniers ? (Huy)

La Ville de Huy va augmenter le nombre de box vélos sur son territoire. Mais il faudra surtout veiller à ce que certains ne les privatisent pas…

caroline viatour
 Dix autres box vélos sécurisés de ce type seront installés en divers endroits de la Ville, notamment à la gare de Statte.
Dix autres box vélos sécurisés de ce type seront installés en divers endroits de la Ville, notamment à la gare de Statte.

La Ville de Huy a annoncé son intention d’ajouter 10 box sécurisés (en plus des 10 déjà présents à la gare de Huy) à différents endroits dont 4 à la gare de Statte pour les usagers qui utilisent régulièrement les transports en commun. Une bonne nouvelle pour les cyclistes de plus en plus nombreux à Huy comme ailleurs. Il faut dire que le nombre grandit à mesure que le carburant augmente… Mais à Huy, la mobilité douce c’est une affaire qui ne roule pas assez vite aux yeux de tout le monde. Rodrigue Demeuse, conseiller communal Écolo, a tenu à réagir sur le dossier. "De plus en plus de personnes utilisent leur vélo pour se rendre jusqu’à la gare mais, en pratique, les freins sont encore trop nombreux. Il n’y a pas assez de box. Il faudrait en ajouter davantage aux abords de la Ville." Autre problème: ceux déjà installés sont très (trop ?) souvent déjà occupés pour des périodes longue durée… Un constat fait également par le bourgmestre hutois f.f. "Je me suis effectivement aperçu que certains box étaient privatisés, explique Éric Dosogne. J’ai alors demandé que le règlement soit à nouveau affiché et après plusieurs jours, nous avons finalement fait sauter les cadenas. Un des box était d’ailleurs utilisé comme cave ou comme vide-grenier. Il y en avait un autre qui était carrément utilisé pour une moto." Alors avant de prévoir l’installation de nouveaux box, sans doute faudrait-il trouver une solution pour endiguer le problème ? "Soit en retirant le cadenas au bout d’un certain délai, soit en prévoyant un système qui s’ouvre automatiquement après une certaine durée ?", se questionne Rodrigue Demeuse. "Je ne pense pas que ce soit une solution, réfléchit le mayeur hutois. Car comment déterminer le délai ? Si on dit 24h, cela me semble trop court. Un utilisateur pourrait se retrouver bloqué une nuit quelque part et revenir le lendemain à Huy mais sans plus avoir son vélo. Nous réfléchirons en tout cas à une solution."