Frédéric François était au centre culturel de Huy ce soir (photos)

Une foule d’inconditionnels s’est pressée aux portes du Centre culturel pour le premier concert donné à Huy par l’artiste wanzois en 50 ans de carrière

Thierry DELGAUDINNE

Après La Louvière, Wavre, Namur et avant Genève, Limoges, Paris, Frédéric François s’est enfin arrêté ce dimanche à Huy. C’était ce soir. Et c’était la première fois que le grand artiste de la chanson française se produisait dans la cité mosane. En un demi-siècle de carrière, vous conviendrez qu’il était temps. L’émotion était donc palpable à 18h08, à l’entonne des premières notes sur un air de "Rien n’a changé après tant d’années d’amour…"

Face à un public d’emblée conquis, Frédéric François a offert ses plus belles chansons: "À tous ceux qu’on aime", "Laisse-moi vivre ma vie", "Chicago", "Je t’aime à l’Italienne"… Soit ses plus beaux tubes dans ce répertoire qui ne compte pas moins de 350 chansons. C’est un véritable triomphe qu’a reçu le chanteur aux 40 millions de disques vendus, aux 85 disques d’or.

Dans la salle comble, les admirateurs enregistrent et photographient abondamment l’artiste, qui se prête au jeu tout sourire et avec douceur, la marque d’un très grand professionnalisme. Il emballe, il séduit, il aime son public qui le dévore des yeux. La recette du succès de Frédéric François fonctionne à merveille, il clame son amour, chante les femmes qu’il qualifie de lumière du monde, séduit les femmes en leur chantant "Viens te perdre dans mes bras".

"Après tant d’années et de spectacles dans les plus grandes salles ou les zéniths, j’aime cette tournée des théâtres, cette proximité avec vous que je peux regarder dans les yeux." Dans son costume scintillant, le chanteur d’Antheit se révèle aussi avec pudeur. Notamment quand il dédie une chanson à sa maman qu’il appelle affectueusement Mamima, ce qui offre un grand moment de tendresse et arrache quelques larmes aux âmes sensibles. Les chansons d’amour s’enchaînent avec comme point d’orgue le "Mon cœur te dit je t’aime", auquel une femme assise à la quatrième rangée répond avec frénésie "Je t’aime !", suivi d’autres "Moi aussi !" lancés par d’autres fans de l’artiste. Comment ne pas craquer quand Frédéric François susurre en chansonnette "Il faut dire je t’aime à tous ceux qu’on aime tant qu’ils sont vivants" ?

Chanteur d’amour, chanteur populaire, chanteur sombre mais aussi joyeux quand il danse La Tarentelle avec sa guitare. Plus le concert avance et plus Frédéric François suscite le respect. Chapeau bas !