Son chien installé place Verte à Huy est cassé, l’artiste est attristé

Son chien a été cassé. Vandalisé ou juste un peu trop bousculé ? L’artiste, l’Andennais Philippe Légaz, est attristé car il voit toutes les heures passées à le réaliser, réduites à néant.

Catherine DUCHATEAU
 On a retrouvé le chien endommagé. Est-ce volontaire ou pas? Quoi qu’il en soit, l’œuvre est désormais abîmée et l’artiste attristé de tout ce travail fait pour rien…
On a retrouvé le chien endommagé. Est-ce volontaire ou pas? Quoi qu’il en soit, l’œuvre est désormais abîmée et l’artiste attristé de tout ce travail fait pour rien… ©Guy Colombel

L’an dernier, son escargot avait disparu, on le lui avait volé. Cette année, c’est son chien qui en a pris un coup… Là, l’artiste andennais, l’ex-échevin amaytois Philippe Légaz, est déçu. Simplement.

Son chien est une des œuvres de cette exposition urbaine de l’été. La Ville de Huy a choisi d’égayer les rues et places d’animaux customisés. Des chats la première année, puis des escargots la suivante, et cet été des chiens dont des Hutois, des associations se sont emparés pour en faire des œuvres d’art. Une façon amusante d’animer le centre-ville. Sauf que certaines œuvres sont détériorées. Intentionnellement ou accidentellement? Difficile de le dire car ceux qui les abîment ne s’en vantent pas. N’empêche, les artistes, eux, sont blessés par le peu de cas que certains font de leur travail. Et Philippe Légaz est de ceux-là."Mon escargot est resté peu de temps avant d’être volé, je n’ai même pas eu l’occasion de le voir installé en ville car j’étais alors au Portugal, explique-t-il.L’organisation m’avait alors demandé si j’étais prêt à participer cette année; il m’en fallait plus pour m’abattre. Et en plus, cette année, j’ai eu la chance d’avoir un grand chien, et non un petit."Chien customisé par ses soins et qui a été installé place Verte où on vient de le retrouver cassé."Le projet que j’avais présenté répondait aux critères. En plus, je l’avais renforcé, il pèse environ 70 kilos. Mais il n’est pas fait pour qu’on grimpe dessus."Et l’Andennais d’ajouter:"c’est décourageant. Il m’a coûté 150€ en peintures et m’a demandé une dizaine d’heures de travail. Je voulais ensuite le donner à une association ou alors, il aurait été vendu au profit d’une association."Philippe Légaz espère qu’une plainte sera déposée par la Ville.

Toujours partant l’an prochain pour remettre cela?"Oui, je serai encore de la partie, mais j’aimerais voir la suite qui sera donnée à ceci…"L’artiste n’est en tout cas pas prêt à réparer son chien."Si la Ville veut le réparer…"