Huy: retour des festivités du 15 août comme avant… ou presque (photos)

Le 15 août a fait son grand retour dans la vallée mosane. Pour de nombreux Hutois, c’est synonyme de festivités, de concerts, de feu d’artifice, de foire et de pékèt. Après deux ans d’absence, la tradition n’a pas manqué, mais n’a malheureusement pas provoqué de grandes étincelles.

Caroline Viatour

Après deux années de "vaches maigres", la Ville de Huy a pu proposer un programme complet des festivités du 15 août, comme avant le Covid. Une édition qui marquait le grand retour du village des confréries, non pas au Batta comme le veut la tradition, mais sur la place Verte."Avec les travaux de l’esplanade, nous avons dû revoir la formule et déplacer la manifestation dans le centre-ville,débute Éric Dosogne, bourgmestre f.f. de Huy.Les changements à venir dans ce quartier permettront de donner un nouveau visage à notre ville mais il faudra certes patienter."En attendant de voir s’achever les travaux de transformation, les confréries ont renoué avec leurs traditions en s’installant à deux pas de la Grand-Place. L’année dernière, elles avaient fait l’impasse sur l’événement pour cause de contraintes logistiques. Le pari est-il donc gagné cette année? "Pour le moment, nous sommes satisfaits,embraye Michel Gaspard, président de l’association régionale des Confréries de Hesbaye Condroz.Nous allons voir comment se passe ce premier événement pour en tirer les conclusions. Nous verrons si, à l’avenir, nous préférerons la place Verte ou retourner rive gauche.Il y a quelques années, nous avions déjà fait l’événement place Verte, mais le public n’avait pas répondu présent. Pour cette édition post-Covid, la Ville nous a bien aidés pour communiquer davantage."

Nouvelles confréries et nouveaux produits

Si le lieu de rassemblement a changé, l’objectif, quant à lui, est resté le même. Les dix associations locales ont toujours cette volonté de promotionner et valoriser les produits régionaux et le savoir-faire local. Avec des nouveautés à découvrir et des confréries qui s’invitaient pour la première fois en vallée mosane comme les Chevaliers de la Tarte et de la pompe de Belgrade ou les Djoyeûs Neûrs Djâkes Dèl Légia. D’autres, en revanche, sont de vrais habitués et ont déjà vu défiler plusieurs 15 août. Francine Hougardy est membre de la Confrérie de l’Hydromel de Tihange depuis ses débuts, soit 1972."Nous sommes ravis de l’ambiance et de la fréquentation,sourit-elle.Ce sont surtout des amis et des connaissances qui viennent nous voir. On sent que les gens sont contents de pouvoir se retrouver et partager à nouveau la tradition tous ensemble."Comme l’âge de Francine Hougardy, la composition précise de la boisson tihangeoise restera un secret, mais elle l’assure:"C’est le meilleur moyen pour vivre longtemps! C’est très bon pour la santé, mais il faut en boire avec modération évidemment."

Un verre à la main, un produit à déguster dans l’autre, le public n’a pas manqué les retrouvailles. Au menu de la journée: découvertes gastronomiques et bibitive, mais aussi et surtout, l’histoire d’un savoir-faire local qui se transmet entre générations. Isabelle Georis, membre de la confrérie "Lès Magneûs d’Parbolèts di Bwès Borsu", est tombée dans la marmite quand elle était toute petite."Mon grand-père était déjà un passionné de produits locaux et, avec ma grand-mère, ils confectionnaient des chaussures. C’est important pour moi de continuer de transmettre ces valeurs. Chaque année, nous participons à l’événement hutois. Nous proposons des bières à base de pomme de terre très spécifique à Bois-et-Borsu composée également d’écorces d’orange amère, de plantes et évidemment de secrets maisons. C’est un retour qui fait du bien au moral pour nous après deux années de Covid."La vie a repris son cours en cette journée du 15 août et chaque participant a renoué avec la tradition en espérant que jamais plus on ne manquerait l’occasion pour cause de pandémie.