Premier week-end de la Foire du 15 août à Huy: un bilan en demi-teinte (photos & vidéo)

La Foire du 15 août a fait son grand retour pour les amateurs de croustillons, de sensations fortes ou d’ambiance colorée. Pour les 110 métiers forains présents, le démarrage se fait timide pour le moment.

Caroline Viatour

Après une année à l’arrêt et une édition 2021 bouleversée par les protocoles sanitaires, Covid oblige, les attractions foraines sont revenues pour envahir l’espace en bord de Meuse, à Huy. Selon Geneviève Besanger, gérante de l’auto-scooter installé sur la Foire depuis 1946, le bilan de ce premier week-end est mitigé."Pour l’instant, les après-midi sont plus calmes à cause des fortes chaleurs. On doit attendre le début de soirée pour voir arriver un peu de monde."Même constat pour Marc Burdoc et son attraction de sensations fortes, Coco Bongo."Pour un 15 août c’est encore très timide. Je viens à Huy depuis toujours et on n’a pas les mouvements de foule comme de coutume."Les raisons? L’absence de feu d’artifice est un des facteurs mais pas seulement."On sait que les Hutois y sont très attachés donc on espère quand même qu’ils se déplaceront. La crise économique n’arrange rien non plus,analyse Geneviève Besanger.On n’y est pas encore mais on sent quand même que ça devient tendu. Au départ, j’avais décidé de ne pas augmenter mes tarifs en pensant que ce serait passager mais on s’est rendu compte que les prix continuaient d’augmenter. Les coûts énergétiques flambent mais aussi ceux des matières premières ou des pièces qu’il nous faut faire venir parfois de loin pour nos attractions. On est donc obligé de passer à la hausse. Non pas pour gagner plus mais pour que la marge bénéficiaire reste la même. C’est dommage pour les consommateurs, mais on n’a pas le choix."

Sur le champ de foire, le public ne manque pourtant pas à l’appel mais se fait en revanche timide sur les différentes attractions. Valérie Lassine est venue avec sa famille mais avec un budget réduit."On essaye de conscientiser nos enfants et on les oblige à faire des choix. On ne peut plus se permettre de tout tester ou de goûter à tout. Notre électricité coûte deux fois plus cher et les courses également. On doit donc se restreindre sur les activités et l’amusement."Mais tous n’ont pas revu leurs prix à la hausse. Certains parviennent encore à maintenir le cap."En ce qui me concerne, je n’ai pas changé mes prix car on veut que l’amusement reste accessible. On verra pour la suite car c’est vrai que pour nous c’est difficile. Beaucoup de frais ont augmenté", confie Charly Schweig. Les forains resteront installés jusqu’au 28 août.