Académie de Huy: une solution pour la rentrée?

Lors du conseil communal, le collège a indiqué qu’il planchait sur une solution pour la section adultes de l’Académie des Beaux-Arts de Huy.

Julie De Pauw
 Les élèves de l’Académie des Beaux-Arts sont venus manifester leur mécontentement.
Les élèves de l’Académie des Beaux-Arts sont venus manifester leur mécontentement. ©Heymans 

"R endez-nous une académie d’art" , c’est un des messages qu’on pouvait lire sur les pancartes brandies par la quarantaine d’élèves de l’Académie des Beaux-Arts de Huy lors du conseil communal de lundi. Tous sont venus manifester leur incompréhension face à la décision de la Ville de Huy de fermer le bâtiment qui abrite l’académie. "C’est une véritable claque et une décision violente , souligne le conseiller Écolo, Rodrigue Demeuse. L’Académie, ce n’est pas juste un lieu de culture, mais aussi un lieu de rencontres et d’expression."

Pour rappel, si la Ville a décidé de fermer le bâtiment, c’est à cause de sa vétusté. Et si les lieux appartiennent à la Fédération Wallonie-Bruxelles, la Ville avait la responsabilité de l’entretenir. " Pourtant, depuis 1984, les investissements auxquels la Ville s’était engagée n’ont pas été faits. D’où l’état du bâtiment aujourd’hui" , précise le conseiller communal.

«On ne peut pas abandonner ces élèves»

De son côté, le collège communal souligne qu’il a été demandé, à plusieurs reprises à la Fédération de lui céder le bâtiment ou de lui donner un droit réel sur le bien via un bail emphytéotique. "Mais le dossier n’a pas pu aboutir et des travaux de grande ampleur n’ont pas été menés par la Ville dans ce bâtiment vétuste qui ne lui appartient pas" , indique le collège communal.

En attendant, si une solution a bien été dégagée pour les enfants qui seront accueillis dans les locaux de l’école d’Outre-Meuse, "il n’y a pas de solution pour les 140adultes. Et on ne peut pas abandonner ces élèves et se résigner. On doit mettre tout le monde autour de la table pour trouver une solution" , insiste Rodrigue Demeuse.

«Je suis optimiste»

" Nous ne nous fichons pas de la culture , a répondu l’échevin André Deleuze. Il n’est d’ailleurs pas question de fermer l’académie, mais bien le bâtiment. Et quand il a fallu prendre la décision, nous avons cherché des solutions et nous en cherchons encore." Les services de la Ville passent actuellement en revue les bâtiments qui pourraient accueillir les activités de la section adultes. "Nous n’abandonnons pas l’idée de trouver une solution pour le mois de septembre. Et à l’heure actuelle, je suis optimiste" , a souligné l’échevin.