Le Hutois, condamné à 3 ans de prison pour avoir vendu de l’héroïne

Un Hutois de 32 ans a été condamné à 3 ans de prison, sa « petite main » de 48 ans écope de 10 mois avec sursis probatoire.

A. Ber.
 Le Hutois écope de trois ans de prison. Son avocat avait plaidé le sursis probatoire, il n’a pas été entendu.
Le Hutois écope de trois ans de prison. Son avocat avait plaidé le sursis probatoire, il n’a pas été entendu. ©Rainer Fuhrmann – stock.adobe.com 

"Un incorrigible vendeur" : c’est ainsi que la procureure de division, Brigitte Leroy, avait décrit un Hutois de 32ans qui comparaissait le 16juin dernier pour trafic de stupéfiants. Il faut dire que l’homme n’en était pas à son premier passage devant le tribunal correctionnel (dont il n’a jamais respecté les conditions qu’on lui imposait, dans de précédents dossiers). Il comparaissait d’ailleurs aussi pour faire opposition à un jugement le condamnant à 1an de prison, toujours pour faits de stupéfiants.

Pour avoir vendu et détenu de l’héroïne pendant quelques semaines entre décembre2021 et janvier2022 ainsi que pour avoir dirigé le trafic en employant un Villersois de 48ans comme "petite main", l’homme a écopé ce jeudi d’une peine de 3ans de prison et d’une confiscation par équivalent d’une somme de 3000€.

Dans son jugement, le tribunal a mis en évidence la gravité des faits et leur caractère organisé, le but de lucre, l’absence de remise en question du prévenu, sa "persistance intolérable dans une délinquance spécifique" ainsi que son absence de remords. S’il avait reconnu, à l’audience il y a 15jours, que son trafic était une atteinte à la santé publique, il s’était également retranché derrière le fait que "les consommateurs n’ont pas attendu de me connaître pour consommer" . Son avocat aurait voulu qu’il bénéficie d’un sursis probatoire, pour soigner sa toxicomanie profonde, mais il n’a donc pas été entendu par le tribunal.

La même demande, faite par l’avocate du Villersois, a par contre été rencontrée puisque le quadragénaire écope de 10mois de prison avec un sursis probatoire, des conditions parmi lesquelles l’obligation pour lui de se soumettre à un suivi médico-psychologique pour tenter de soigner sa dépendance aux stupéfiants. Les substances saisies chez lui ont également été confisquées ainsi que la somme de 155€, produit de l’infraction.