Meurtre de Valentin: Alexandre Hart règle ses comptes depuis la prison

Alexandre Hart, impliqué dans l’assassinat de Valentin Vermeersch, était poursuivi pour lettre de menaces. Il a été acquitté au bénéfice du doute.

Sarah Rasujew
 Alexandre Hart avait envoyé des lettres «solides»...
Alexandre Hart avait envoyé des lettres «solides»... ©BELGA

Le tribunal correctionnel de Liège a prononcé l’acquittement au bénéfice du doute d’Alexandre Hart, 24 ans, de Villers-le-Bouillet, tristement célèbre pour avoir participé à l’assassinat de Valentin Vermeersch à Statte (Huy).Il devait cette fois répondre d’avoir envoyé une lettre de menaces depuis la prison!

Pour rappel, le 18 juin 2019, il a écopé de la prison à perpétuité pour avoir, avec d’autres, torturé pendant plus de huit heures le jeune Valentin avant de le jeter dans la Meuse avec les bras et les jambes attachés. Le jeune homme n’a pas survécu à cette barbarie.

Quelques mois après cette condamnation, Alexandre Hart a envoyé deux lettres à Roland âgé de 74 ans et son petit-fils Jérémy âgé de 29 ans. Les intéressés qui vivent à Grâce-Hollogne, n’ont pas apprécié le contenu de ces lettres. Lorsque l’on prend connaissance de ce qui se trouve dans les lettres et que l’on connaît les antécédents d’Alexandre Hart, on peut aisément comprendre le malaise que ces courriers ont créé.

Le 14 novembre 2019, Roland a déposé une plainte à la police pour menaces. Il venait de recevoir une lettre qu’il a estimée comme menaçante et qui émanait en partie d’Alexandre Hart. Une autre partie de la lettre a été écrite par une personne non identifiée et signée avec des initiales BDVRS. La partie concernant le grand-père était écrite en rouge et il y était indiqué: " Je sors dans une semaine et je vais venir te trouver. Je te dis adieu car tu vas morfler, sale gay" . L’autre page était écrite en bleu. Alexandre Hart a été entendu le 5 février 2020.

Il a déclaré qu’il est bien l’auteur de la partie de la lettre écrite en bleu à l’attention de Jérémy. Il estime que ce dernier lui doit de l’argent. Selon Hart, Jérémy lui a écrit qu’il ne le rembourserait jamais parce qu’il était en prison et n’allait jamais en sortir. Il l’a mal pris et a donc pris sa plus belle plume pour lui écrire une "sympathique" petite lettre. Il a fait passer le document à d’autres détenus et il n’aurait pas lu ce qui était ensuite écrit par ces derniers…

Par contre, la partie rouge, destinée à Roland n’a pas été écrite de sa main. Alexandre Hart a estimé n’avoir proféré aucune menace à l’attention de celui-ci. Il a juste écrit à Jérémy: "Je ne vais pas te menacer dans cette lettre. Je ne suis pas con. Par contre, je vais te prévenir et ce, toujours sans menace. Sinon t’irais déposer plainte avec le fils de pute pédophile qui te sert de grand-père… Toi, tu réalises même pas dans quelle merde tu t’es mis. Et l’appart, tu crois que c’est qui a envoyé des gens le démolir? Petite merde va. Ce ne sont toujours pas des menaces et je n’ai pas dit que c’était moi qui ai envoyé des gens, mais réfléchis quand même à la question. Je ne t’ai jamais menacé, et t’ai juste rappelé que ton grand-père et surtout toi, me devez de l’argent."

Le tribunal a souligné que la partie écrite par Alexandre Hart ne rentrait pas sous le coup de la loi concernant les menaces et que l’on ne peut lui imputer l’autre partie qui n’est pas écrite de sa main. Alexandre Hart a donc été acquitté au bénéfice du doute.