Fresque monumentale à Huy: «j’ai eu beaucoup de retours, les gens aiment»

Elle est presque finie. Et la fresque monumentale qui orne un des murs du centre culturel de Huy est magnifique. En plus, elle plaît aux Hutois.

Catherine DUCHATEAU
 La fresque est presque finie. Et apparemment, les Hutois l’apprécient.
La fresque est presque finie. Et apparemment, les Hutois l’apprécient. ©Heymans

Il aura mis une dizaine de jours pour réaliser cette fresque monumentale. Monumentale, elle l’est car elle couvre tout un mur du centre culturel de Huy. Tout au long de ces dix jours, les Hutois se sont arrêtés, ont commenté, se sont émerveillés du travail de l’artiste Didier Jaba Mathieu .L’esquisse donnait déjà une belle idée du dessin choisi.Et au fil des couleurs, des bombes utilisées pour la colorer, la fresque est apparue. Éblouissante.

Alors oui, le dessin choisi donne vie à ce mur tout tristounet jusque là. Mais surtout, il permet en un seul regard d’englober tout ce qui fait la richesse de la ville de Huy: la Meuse, la collégiale, le fort dans des tons joyeux et qui éclatent.

Ce lundi, Didier Jaba Mathieu, le graffeur, l’artiste, n’était pas juché sur son élévateur. Mais il y sera ce mercredi, pour achever la commande que lui a passée la Ville de Huy. "J’y retourne ce mercredi pour la finir, la fresque sera terminée mercredi après-midi , explique-t-il. J’ai commencé il y a trois semaines, j’y suis allé une dizaine de jours environ." Le plus dur? Le maniement de la nacelle. "Le sol n’est pas à niveau, j’ai eu du mal à la faire monter en haut du mur, c’était un peu bancal" malgré des bois que l’artiste mettait aux pieds. "Ce n’était pas très rassurant" , reconnaît-il. Mais cela ne l’a pas empêché de quadriller le mur puis de faire l’esquisse en reprenant cette œuvre d’un peintre du XIXe siècle. Lui qui était tombé sous le charme de cette peinture de l’artiste anglais Georges Clarkson Stanfield, "Huy on the Meuse".

Une fois l’esquisse réalisée – "c’était la première étape, il me fallait avoir tous les éléments" -, Didier Jaba Mathieu les a coloriés. "Ça, ça va."

Ce que l’artiste a aimé, c’est le contact avec les gens. Avec tous ceux qui s’arrêtaient, venaient lui parler, klaxonnaient en passant à ses côtés. En signe de bravo! "J’ai eu beaucoup de retours, tout le monde aime, ça fait du bien. J’aime sentir que je fais du bien. J’en garderai un bon souvenir." Et puis après? Place ensuite à l’autre mur, celui qui donne sur l’avenue Delchambre. "Je terminerai avec trois bandes très multicolores." Trois jours pour reprendre des éléments de la peinture initiale mais en les retravaillant. "Ce sera plus abstrait, dans les mêmes teintes. J’espère que les gens comprendront l’approche."