Affaire Julien André: Ecolo, DéfiPourHuy et deux PS ont claqué la porte du conseil communal à Huy

Lorsqu’ils ont vu Julien André débarquer ce soir au conseil communal, les conseillers écolos et DéfiPourHuy ont quitté la séance. Et avec eux, deux conseillers communaux socialistes...

Catherine DUCHATEAU
 Les écolos et DéfiPourHuy ont voulu marquer le coup.
Les écolos et DéfiPourHuy ont voulu marquer le coup. ©eda

Ce lundi soir, dans le restaurant de l’école de Huy-Sud, là où les conseillers communaux hutois se réunissent une fois par mois depuis la fin du confinement… Il est 20h15. Le conseil a commencé depuis plus d’une heure. Les échanges sont courtois, bon enfant. La majorité, par la voix de ses échevins et de son bourgmestre, présente les points à l’ordre du jour. L’opposition pose ses questions, commente, approuve et salue même l’une ou l’autre initiative.

Il est donc 20h15 lorsque la porte s’ouvre. Julien André entre dans la salle et s’assied dans les rangs de la majorité, parmi les conseillers socialistes. L’échevin Jacques Mouton vient de présenter le futur conseil consultatif de la personne handicapée, les conseillers Demeuse et Thomas viennent de commenter la décision qu’ils apprécient. Puis Grégory Vidal (DéfiPourHuy) demande la parole. "C’est impensable pour moi de continuer à siéger avec une telle personne autour de cette table. Il est de notre devoir de prendre nos responsabilités." Il est suivi par l’écolo Rodrigue Demeuse qui rappelle en quelques mots ce qui a été reproché au conseiller socialiste, qui s’étonne de l’absence de réaction du MR. La présidente du conseil communal, la MR MagaliDock, tente de ramener le débat sur le point de l’ordre du jour mais sans succès. Elle lève alors la séance pour ramener le calme. Les conseillers communaux Écolo et DéfiPourHuy se lèvent et quittent la salle… suivis de près par les deux socialistes Raymond Laloux et Francine Rorive (voir ci-dessous).

Quelques instants plus tard, on retrouve les élus écolos et DéfiPourHuy qui "débriefent" à une terrasse de la Grand-Place, à quelques pas de l’hôtel de ville… "C’est la première fois depuis longtemps que les conseillers communaux se lèvent et quittent la séance" , reconnaît Rodrigue Demeuse. Mais là, ils ont voulu marquer le coup, tous choqués d’avoir vu débarquer le conseiller communal socialiste quasi à la fin de la séance, la fleur au fusil, comme si de rien n’était. "On doit rendre de la valeur au conseiller communal, on peut tous faire des erreurs car personne n’est parfait. Mais là, on parle de faits graves , note Rodrigue Demeuse. Des faits qu’on ne peut pas banaliser."

Tous applaudissent par contre l’attitude des deux conseillers socialistes qui se sont démarqués et se sont levés. "Il faut saluer leur courage , relève l’écoloSamuel Cogolati. Là, ils agissent au nom de l’intérêt général et pas de leur parti." Et Patrick Thomas ajoute: "Si on doutait encore de la fissure au sein du PS, là il n’y a plus de doute."

Mais les conseillers de l’opposition de s’interroger aussi sur les deux partis membres de la majorité, idHuy et le MR. "On a là deux groupes qui ont critiqué ce qui s’est passé mais qui, là, sont aux abonnés absents." Et Grégory Vidal d’ajouter: "En agissant ainsi, ils approuvent ce qu’il a fait. “C’est très bien, m’gamin”."

Ce lundi soir, le conseil communal a donc tourné court. Car sur les 16 questions posées par les conseillers communaux, 14sont passées à la trappe. Faute d’avoir leurs auteurs pour les expliquer. "On a préféré abandonner nos questions pour sauvegarder la démocratie."