«Je ne veux pas arrêter»

Être propriétaire d’une discothèque, ce n’est pas une mince affaire. Marc Ronveaux l’a déjà dit, il doit se battre chaque jour.

Avec son Moulin de Solières, il arrive cependant à garder le cap. «On a fait une belle saison hivernale, explique-t-il aujourd’hui. On a une belle notoriété mais on n’a pas droit à l’erreur.» Le propriétaire de la discothèque hutoise conserve ses vendredis pour les soirées d’étudiants organisées au Moulin de Solières. Le samedi, il fait le plein de fêtards qui ont envie de danser. Et «je n’ai pas l’intention d’arrêter». Mais avec l’Ozone bar, il veut lancer un autre concept. Et «d’office, du monde je sais que j’en aurai».