«Facile», cette année, la traversée de la Meuse

Un grand soleil, pas de vent, peu de courant… Les conditions étaient idéales pour les 135 nageurs de cette 53e édition de la Traversée.

Sarah Janssens
 «Facile», cette année, la traversée de la Meuse
Pour cette 53e traversée, 135 nageurs se sont jetés à l’eau. ©Heymans

Rive gauche, une vingtaine de «quinquas» s'apprêtent à traverser la Meuse. En tong et peignoir, tout sourire, elles aiment le clamer haut et fort: elles sont la catégorie où elles sont les plus nombreuses. «Ça fait 15 ans que je le fais, sourit Bernadette Berger, 57 ans, de Hannut. Et malgré ça, on a toujours une certaine appréhension juste avant de sauter. Peur du saut, du froid, on a des frissons dans l'échine, des papillons dans le ventre.» Aux côtés de Bernadette, Pascale Golinvaux. À 59 ans, la Braivoise participe à sa première traversée de la Meuse. «La première fois qu'on se jette dans l'eau, ça brûle, rit-elle. Et après ça pétille comme des bulles de champagne. C'est bon pour la tête, pour le corps, pour la circulation sanguine. C'est vraiment gai.»