«Belem & The MeKanics»: décapant

Avant la sortie du CD en novembre, Didier Laloy et Kathy Adam présentent leur nouveau projet un peu fou au Festival d’art de Huy.

Jean-Pierre Goffin
«Belem & The MeKanics»:  décapant
La magie de l’orgue informatisé associé au duo Laloy/Adam. À découvrir au Festival d’Art de Huy. ©dyod.be

Personnage charismatique de l'accordéon, Didier Laloy explore sans cesse de nouvelles pistes avec la violoncelliste Kathy Adam: «Belem est le cœur artistique de notre vie musicale: avec Barbara Furtuna, des chanteurs corses, Belem et Constantinople avec des musiciens iraniens et turcs avec lesquels on tourne jusqu'en Amérique du Nord, avec le groupe Slang ou avec un quatuor flûte-clarinette-hautbois-basson.» Cette fois, «Belem» se lance dans un projet de grande dimension avec l'orgue mécanisé de la société DECAP: «J'ai toujours été fasciné par les limonaires, les orgues de barbarie de mon enfance, qui fonctionnaient à l'aide de cartes perforées. Et lorsque l'occasion s'est présentée d'utiliser cet instrument complètement informatisé, je me suis dit qu'il fallait foncer.» Un besoin de faire avancer le duo, mais aussi de tenter une expérience inédite: «Les programmateurs et le public ont besoin de ça. Il faut changer: si je revenais en concert avec le duo et de nouvelles compositions, je ne pense pas que ça intéresserait le public. Donc, ici j'ai voulu prolonger le plaisir du duo, cette vibration entre deux êtres humains, et cela sans avoir quinze musiciens autour de nous. C'est ainsi que l'envie de cet instrument mécanique est née grâce à cette rencontre avec Walter Hus.»