Hamoir souffre du syndrome du PSG

Six unités sur 18, enfin 3 si on enlève celles récupérées sur tapis vert. De mémoire de Rat, Hamoir n’a plus présenté de telles stats depuis belle lurette.

A.R.

D'ordinaire insaisissables au second tour, les Rats sont pris au piège pour le moment. " Et pourtant, on ne joue pas mal, assure Raphaël Miceli. Mais en vérité, on souffre du syndrome PSG. On joue bien mais dès qu'il y a un couac, tout s'écroule. On encaisse et on ne parvient pas à relever la tête. Mais pas de panique: le contenu est bon et on se crée des occasions. Si ce n'était pas le cas, là, il faudrait s'inquiéter. Puis, bon, regardez le classement: on n'est jamais qu'à une petite unité de la cinquième place, soit notre objectif. Donc, tout va bien… Puis, là, de toute façon, il faut être honnête: on est à notre place au classement."