Loïc Drèze et Geer y ont pourtant cru

Une tête libératrice et une célébration venue du cœur. On joue depuis une trentaine de minutes quand Loïc Drèze place les siens aux commandes.

A.D.
Loïc Drèze et Geer  y ont pourtant cru
©Heymans

Un but que le joueur attendait depuis un petit temps. "J'avais marqué cinq ou six goals lors de la saison du titre en P2. Pour notre première année dans l'élite provinciale j'en avais mis trois. Ici, j'étais toujours à zéro. J'étais persuadé que si je parvenais à débloquer mon compteur, c'était signe que Geer se portait mieux" déclarait le défenseur, un brin superstitieux.