Les échos des autres clubs de la série B

Fort décimé, Ferrières a fait ce qu’il a pu chez le futur champion. «On s’est déplacé là-bas avec une demi-équipe, il ne fallait donc pas rêver non plus, dit Raymond Gillis. Je suis quelque part fier de mon groupe qui a posé de réelles difficultés à Milanello. Quand on dit là-bas qu’on aurait pu gagner 10-2, Milanello exagère largement. Car on aurait aussi pu revenir à 3-2 et leur poser des soucis. Franchement, avec une équipe au complet, je pense qu’on aurait pu les battre. Bon, à mon tour, j’exagère un peu aussi… »

A.R.

Ferrières

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.