Bilan positif pour le lait Fairebel

En moins d'un an, l'initiative de producteurs laitiers atteint ses objectifs tandis qu'un nouveau produit est lancé : voici le lait chocolaté.

Nathalie LEGRAND
Bilan positif pour le lait Fairebel
13706886 ©© EdA

Pour combattre la crise du lai t, quelques agriculteurs ont voulu mettre leur lait en boite pour éviter les intermédiaires. Plusieurs laiteries de Wallonie ont été contactées mais aucune d'entre elles n'a souhaité adhérer à la démarche. Au Luxembourg, Luxlait s'est montrée intéressée. Depuis le mois d'avril 2010, c'est donc du lait luxembourgeois qui est commercialisé dans les cartons Fairebel mais chaque litre de lait vendu rapporte 10 cents à l'un des 450 producteurs laitiers de Wallonie (90 %) et de Flandre (10 %) qui s'investissent dans le projet.

C'est le mot juste puisque chaque producteur doit miser au départ un montant de 1 000 ou 2 000 ¤ et consacrer cinq ou six demis journées à la promotion des cartons de lait, estampillés d'une vache aux couleurs de la Belgique. «Les grandes surfaces nous accueillent à bras ouverts, elles sont contentes d'avoir quelqu'un qui anime le rayon et explique la filière du lait. Elles apprécient aussi de constater que nous nous investissons autant dans le projet», explique Christian Verdin de l'Awex, producteur laitier installé à Werbomont et parmi les fondateurs du label Fairebel. L'idée continue de séduire puisqu'une centaine de producteurs laitiers sont sur le point de rejoindre leurs collègues pour soutenir l'audacieuse initiative. «Par contre, Fairebel n'a rien à voir avec d'autres initaitives du même tonneau, comme la Bande des Félait, lancée par l'Apaq-W, ni avec la marque lancée par l'enseigne du lion, qui ne commercialise aucun carton Fairebel», précise Christian Verdin.

Et puisqu'il n'est pas dans les cartons Fairebel, que devient le lait de ces producteurs ? Il continue à être récolté par leurs laiteries respectives : «Ca va mieux qu'en 2009 mais il faudra 10 ans pour reboucher le trou de la crise du lait. On peut dire que chaque litre de lait vendu à la laiterie nous rapporte entre un et deux cents», estime le sprimontois Alain Collienne. Lancé depuis un an, le lait Fairebel se vend de mieux en mieux : janvier et février 2011 ont déjà permis d'écouler 30 % des quantités vendues entre avril et décembre 2010, certains ont déjà récupéré 25 % de leur mise de départ. Et depuis un mois, des cartons de 33cl de lait chocolaté sont commercialisés en grandes surfaces. Equipés d'un bouchon à revisser, ils peuvent être rangés dans une mallette sans causer autant de dégât qu'un berlingot équipé de sa paille.

Plus d'infos sur www.fairebel.be