Un instinct de survie exceptionnel

Ce soir-là, le 17 novembre 2007 à Borlez (Faimes), Cédric Scieur se présente au domicile de la jeune femme avec laquelle il vient de rompre. Muni d'un couteau à steak, il frappe Laura Bei de 38 coups de couteau et projette de mettre fin à ses jours après avoir tué la jeune femme. Il arrache la prise du téléphone avant de prendre la fuite. Laura Bei, avec un courage extraordinaire, parvient à donner l'alerte en rampant et en rebranchant la prise du téléphone. Elle écrira même le prénom de son agresseur avec son sang, au cas où elle viendrait à décéder. L'agresseur, lui, se débarrassera de son arme et éliminera sa carte de GSM afin de ne pas être retrouvé. Pour se défendre des faits, Scieur évoquait une perte de réalité totale et niait l'intention homicide.

Condamné en première instance, Cédric Scieur avait bénéficié d'une mesure de remise en liberté avant de comparaître devant la Cour d'appel. C'est par Facebook que sa victime avait appris cette libération.