Philippe Tasiaux, président de Clavinoise « Monter, c'est vital dans l'histoire d'un club»

Philippe Tasiaux, Clavinoise compte quatre points d'avance sur le deuxième à 12 rencontres de la fin. Pensez-vous au titre?Je serais un menteur si je disais ne pas y penser. Bien sûr, je n'en fais pas une maladie. Mais, comme, sans doute, à Braives, Faimes, Fraiture Sp. et ailleurs, oui, j'y songe. Mais, pour moi, on n'est vraiment nulle part. Souvenez-vous, il y a trois ans, on comptait cinq points d'avance à trois rencontres de la fin et on s'est fait avoir... Maintenant, je préfère avoir quatre points d'avance que quatre points de retard.Estimez-vous, comme certains l'avancent, qu'un nouveau vent souffle sur le club?Ce n'est pas faux, en effet. Mais il ne faut pas exagérer non plus. Avant, on ne s'emmerdait pas non plus, hein (rires). Disons, que c'est plus cool.

Clavinoise peut-elle être championne?