François Duchesne fait un retour remarqué avec La Clavinoise

Deux ans en retrait de la P2 n’ont pas altéré les qualités de passeur du médian clavinois, auteur de trois assists lors du succès face à Xhoris.

Jean-Luc Braida
François Duchesne fait un retour remarqué avec La Clavinoise
François Duchesne refait les beaux jours de La Clavinoise depuis son retour. ©Heymans

Invaincue, La Clavinoise compte huit points et occupe une superbe et inattendue 4e place. «Ça ne change rien à notre manière d'aborder le championnat, tempère Raphaël Mathieu. La Clavinoise n'est pas subitement devenue une équipe capable d'imposer son football. On n'aura jamais 80% de possession de balle et on ne sera jamais un rouleau compresseur. Par contre, nous sommes rigoureux et je peux compter sur des joueurs intelligents.» Comme les Van Esch, Wagemans ou autre François Duchesne de retour aux affaires après deux ans d'absence. «J'ai rarement vu un numéro dix qui travaillait autant et, en plus, il a délivré trois assists.» C'est exact, le chef d'orchestre condrusien (30 ans) semble retrouver ses sensations d'antan. «Je me sens effectivement de mieux en mieux physiquement. Il me manque encore une vingtaine de minutes pour tenir tout un match, mais ça va venir.» Mais qu'a fait François depuis son départ de Templiers? «J'ai travaillé dans ma maison de Linchet (Modave) et j'ai évolué avec la réserve de la Clavinoise, le dimanche matin, parce que je ne savais plus m'entraîner.» Une réserve en dehors des clichés habituels car elle comptait en ses rangs des anciens comme Jérôme Tassin, Maxime Limbrée, Jérôme Collinge ou encore «Tintin» Renard. «Une bande de potes avec qui nous avons été champions deux fois de suite, souligne le meneur de jeu qui retrouve donc ses meilleures sensations (quatre assists et un but) au sein du collectif bordeaux. J'évolue dans la position que j'affectionne, derrière Debens et Gielen que je connais très bien. À l'entraînement, le coach a énormément travaillé les lignes de course et différents schémas de jeu et cela paye.»

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.