Le rêve américain des Haufroid

Le Claviérois Jean-Pierre Haufroid et son épouse Marie-Eugénie ont vuà Orlando les Diables rouges vaincrele voisin hollandais.

David Dessouroux
Le rêve américain des Haufroid
Divers_201405191605_42322612-1760.jpg

«Et si on allait aux États-Unis?» Cette question, Jean-Pierre Haufroid l'a posée en décembre 93 à Ariane Hérion, la secrétaire de l'entreprise dans laquelle il travaillait à ce moment-là. «Elle n'a pas hésité bien longtemps. L'aventure pouvait commencer», sourit le Claviérois, conscient que son voyage au pays de l'Oncle Sam a bien failli tomber à l'eau. «Deux mois après la réservation de nos billets, nous apprenions que notre participation était très compromise. Notre agence de voyages n'avait en effet obtenu que 700 chambres pour les supporters belges. Au lieu des 900 prévues initialement.Heureusement, on a finalement su avoir une chambre de quatre.» C'est donc accompagné de son épouse, Marie-Eugénie, mais aussi d'Ariane Hérion et du frère de celle-ci, que Jean-Pierre Haufroid s'envola de Zaventem, le 21 juin 1994, en direction d'Orlando.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...