Le jardin collectif sommeille d'un oeil

Pas un chat à la réunion d'information sur le jardin collectif de Clavier. Mais on l'assure : le projet hiberne et ne dort que d'un oeil.

Sabine Lourtie
Le jardin collectif sommeille d'un oeil
11823742 ©© EdA

Petite déception pour le Plan de cohésion sociale (PCS) du Condroz. Les portes du CPAS de Clavier sont restées closes vendredi soir. La réunion autour du projet de jardin collectif, lancé voici six mois, a du être annulée, faute de participants.

L'idée était de relancer la dynamique pour accueillir de nouvelles personnes intéressées. «Le moment, juste après la neige et les fêtes, était peut-être mal choisi», évoque Véronique Nicolas, coordinatrice du PCS Condroz. Pas de quoi remettre le projet en question... Loin de là. Car le noyau dur du projet, lui, est toujours bien présent, plus motivé que jamais.

L'idée de ce jardin communautaire est née début de l'année dernière, sous l'impulsion du Plan de cohésion sociale du Condroz (qui vise à retisser les liens sociaux) et du Conseil des Aînés de Clavier, partant du constat que certains n'avaient plus forcément le temps, ni l'envie de s'occuper seul d'un jardin ou d'un potager.

Alors pourquoi ne pas gérer un espace en commun? Après avoir visité plusieurs jardins de ce type à Durbuy et Comblain-au-Pont, ils ont lancé l'appel aux candidats. Avec succès puisqu'un petit groupe d'une dizaine de personnes s'est formé et que le jardin du presbytère de Terwagne fut désigné comme le lieu idéal pour développer un tel projet.

Depuis le mois de mai, ces jardiniers amateurs ont bêché, composté, ameubli, semé, éclairci et récolté leurs légumes avec enthousiasme, se retrouvant tantôt en groupe, tantôt seul. «Un cahier de communication se trouve sur place pour assurer un suivi des tâches», précise la coordinatrice. Pour donner un coup de pouce, les jeunes de la commune ont été sollicités dans le cadre de l'opération Eté Solidaire, prêtant leurs bras durant 15 jours. Le PCS a aussi organisé tous les mardis et jeudis (et un samedi par mois) une permanence sur place, pour accueillir les gens, tandis que les premières récoltes ont été cuisiné pour le menu servi lors du traditionnel repas Voyage autour d'une fourchette, organisé par le PCS et le Télé-Servcie Condroz....

Depuis fin octobre, le jardin a fermé ses portes et hiberne. Mais il ne dort que d'un oeil... Le petit groupe porteur continue à nourrir des projets pour la reprise du jardin, dès le mois de février. On évoque ainsi des rencontres thématiques autour du jardin et du potager. «Un partenariat avec l'organisme d'insertion professionnelle "Devenirs" est envisagé, indique Véronique Nicolas, pour organiser de petites formations.» Le concept de jardin collectif commence en tout cas à porter ses fruits et à faire tâche d'huile dans la région. «A Tinlot, le CPAS souhaite venir régulièrement avec un groupe d'usagers sociaux. Des partenariats s'amorcent avec l'école de Terwagne et le jardin communautaire d'Hamoir. Une habitante de Clavier pourrait se greffer à notre projet pour créer un verger.» Quant à la Semaine de l'Arbre, organisée à Clavier, elle pourrait dans le futur se concentrer à Terwagne.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.