Quarante cloches qui ont besoin de soins

Le carillon verviétois est un instrument de bonne facture , mais qui nécessite une réhabilitation. Il sera accessible ce dimanche.

Quarante cloches qui ont besoin de soins
11463567 ©© EDA

Cel a fait 500 ans cette année que le carillon à clavier a vu le jour. L'instrument de l'église Notre-Dame des Récollets participera bien entendu à cet évènement et sonnera pour l'occasion le 19 juin, comme de nombreux carillons de France, de Belgique et des Pays-Bas. Plus récentes, les cloches verviétoises ont elles aussi une longue histoire, bien qu'elles souffrent aujourd'hui du temps qui passe.

Quarante cloches résonnent dans le clocher des Récollets, « ce qui en fait un carillon moyen », précise Marie-Madeleine Crickboom. Par contre, la qualité de ses cloches est irréprochable.

« C'est en 1901 qu'on a pour la première fois installé un carillon ici, dans la nouvelle tour. Comme il s'agissait d'un couvent, l'église n'avait pas de tour. Mais ils en ont construit une en 1893, c'était une manière de montrer que Notre-Dame des Récollets était l'égale des autres paroisses. » Le nouvel instrument n'a pas pour autant été énormément utilisé durant ses premières années. En 1937, par contre, un nouveau carillon est installé par la réputée fonderie Michiels, de Malines. « C'est encore ce carillon qui se trouve ici maintenant ». Mais les années ont passé et tout le système s'est considérablement endommagé. « Il a été restauré en 1951 et en 2005, Jean-Christophe Michallek l'a plus ou moins remis en ordre pour qu'on puisse l'utiliser » . Cette intervention relève toutefois plus du bricolage que d'une restauration, parce que les moyens manquent. Aujourd'hui, aussi surprenant que cela paraisse, quelques pinces à linge et des bouts de ficelle consolident le carillon.

« Par contre, une des grandes qualités de ce carillon est que toutes les cloches sont de la même facture. Ce sont celles d'origine, fabriquées par Michiels. C'est assez rare, parce qu'il faut la plupart remplacer l'une ou l'autre cloche au cours du temps » . Une différence s'installe alors entre les cloches de factures différentes, notamment parce qu'elles subissent différemment les effets du temps, et les accords ne sont parfois plus justes.

Les amateurs du genre pourront admirer le carillon ce dimanche 6 juin à l'occasion de la journée « Églises ouvertes ». Mais le 19 juin, surtout, les 500 ans du carillon à clavier y seront célébrés, avec une prestation de Marie-Madeleine Crickboom dès 14 heures. B.H.