Clément Pirotte a franchi un palier

Le Marneffois de 15 ans a réalisé plusieurs belles performances cette saison. La suite s’annonce très prometteuse.

Thomas Bastin

Notre série consacrée à l’athlétisme nous emmène, une fois de plus, du côté de Huy. Avec, comme invité, Clément Pirotte. Le petit-fils d’Armand, nouveau président du Huy Athletic Club, ne cesse d’impressionner la galerie. Du haut de ses 15 ans, le Marneffois monte en puissance au fil des années. Rencontre avec un jeune athlète aux multiples qualités et promis à un bel avenir.

Clément Pirotte, avec un grand-père qui baigne dans le monde de l’athlétisme depuis des années, c’était une évidence de pratiquer ce sport?

Au départ, j’ai voulu faire du football, mais dans la famille, ce n’était pas à la mode (rires). Je n’ai pas vraiment accroché. Du coup, j’ai suivi mon grand-père qui est un modèle pour moi.

Depuis votre plus jeune âge, vous avez pris part à de nombreux cross, cela a fait de vous un athlète plus complet?

Je pense, oui. Les cross m’ont permis de me développer. Et puis, courir dans le froid et dans la boue, ça vous forge un petit caractère. Pourtant, au début, je n’étais pas hyperperformant. Mon grand-père me disait toujours que j’étais dans le ventre mou (sourire). Mais quand je suis arrivé chez les cadets, ça a changé. J’ai commencé à réaliser plusieurs bons résultats. J’ai notamment été champion LBFA de ma catégorie.

Voilà maintenant plusieurs années que vous vous consacrez aux épreuves combinées. Cela convient à vos qualités?

J’ai besoin de pratiquer plusieurs disciplines. Je suis assez grand et j’adore les courses de demi-fond. Par contre, je suis conscient que je dois encore m’améliorer pour les épreuves de lancers. Je compte encore faire des épreuves combinées pendant deux ans. Après, on verra ce qu’on décidera avec mon entraîneur.

En début d’année, vous avez terminé 3e francophone lors des championnats de Belgique d’épreuves combinées, le tout en battant cinq records personnels. Vous vous attendiez à une telle performance?

J'étais conscient que je pouvais réaliser quelque chose de bien. Pourtant, j'avais effectué une première journée assez décevante. Je n'étais pas très content de moi. Avant la dernière épreuve (NDLR: le 1 000 mètres), j'étais classé quatrième. Je devais reprendre 23 secondes pour monter sur le podium. À ce jour, ça reste encore un moment assez incroyable.

Vous avez également décroché, toujours chez les cadets, la médaille d’argent sur 400 mètres lors des championnats LBFA.

Grâce à ce résultat, je me suis rendu compte que j’avais bien progressé cette saison, même si j’ai évidemment encore beaucoup de travail à accomplir. Surtout au niveau de mon physique où je dois, maintenant, prendre du muscle. J’ai d’ailleurs un petit regret. Lors des championnats de Belgique outdoor d’épreuves combinées, je suis complètement passé à côté de ma compétition. Cela doit me permettre de ne plus réitérer les mêmes erreurs.

Depuis le 1er novembre, vous êtes passé dans la catégorie scolaire. Qu’est-ce que cela vous évoque?

Les choses sérieuses commencent tout doucement. Ce sera intéressant de voir ce que je peux réaliser face à des gars qui sont plus âgés que moi. Je ne me mets pas la pression, je veux surtout continuer à progresser tout en prenant un maximum de plaisir.

Que peut-on vous souhaiter pour l’année 2021?

Que mon club de Huy puisse avoir enfin une piste convenable. Et puis, évidemment, ce serait de pouvoir reprendre les compétitions le plus vite possible (sourire). Je suis bien sûr sceptique, mais on a vraiment hâte de pouvoir à nouveau se défouler.