Il s’échappe de la prison de Marneffe en brisant une fenêtre

Détenu, il avait appris que sa compagne avait fait un accident. Il a voulu s’enfuir pour la retrouver.

Sarah Janssens
Il s’échappe de la prison de Marneffe en brisant une fenêtre
Un des prévenus avait profité de la grève des gardiens de prison à Marneffe pour s’échapper. ©ÉdA – 21107592475

On est fin juin 2018, en plein mois de grève des gardiens de prison à Marneffe. Jonathan (prénom d'emprunt) était au téléphone avec sa compagne dans sa cellule qui lui annonçait qu'elle venait d'avoir un accident avec une amie à Bruxelles. Sauf qu'avant d'en savoir plus, la direction de la prison débarque dans sa cellule et lui confisque le téléphone qui était interdit dans l'établissement. «J'ai alors demandé à avoir accès au téléphone de la prison pour en savoir plus, explique le détenu à l'audience. Mais puisque les gardiens de prison étaient en grève, cela m'a été refusé.» Alors, pris d'un coup de sang, il a couru dans la cour, a brisé une fenêtre et s'est échappé de la prison de Marneffe. Rattrapé quelques heures plus tard par la police, l'homme a alors été privé de ses congés pénitentiaires et a passé plusieurs semaines en isolement, non seulement à Marneffe, puis à Nivelle et à Andenne, où il a désormais été transféré. Si l'évasion n'est pas punissable, le fait d'avoir brisé une vitre lors de cette évasion l'est, et c'est à ce sujet qu'il est poursuivi. Le prévenu était bientôt à fonds de peine après avoir purgé près de 7 ans de prison. La procureur de division a tout de même requis une peine de 6 mois de prison supplémentaire à l'encontre du prévenu qui n'a plus droit à des mesures de faveur puisqu'il est en état de récidive légale.