Certains riverains sont inquiets

Les habitants de Villers-aux-Tours semblent ignorer les éventuels désagréments inhérents au centre, les riverains, eux, s’inquiètent

G.C.
Certains riverains sont inquiets
Chateau Villers Riverains ©ÉdA

Depuis plusieurs années, le château de Villers-aux-Tours est à l'abandon, sa dernière occupante, Bélise Lahaye étant décédée fin 2009, le monument est laissé à son triste sort. Lorsqu'on examine la cour intérieure de la ferme, la façade du château et les alentours immédiats, on s'aperçoit que de nombreux débris de corniches, de briques et toiture jonchent le sol. Les mauvaises herbes envahissent tous les recoins et les toits de certaines dépendances se sont effondrés. Le vieil édifice, construit en 1682 par les seigneurs de Rahier a piètre mine. Les riverains proches, notamment les habitants de la rue Fecher, ont plutôt tendance à voir cette situation d'un œil indifférent tout en se demandant, à l'occasion, ce que va devenir le vieux bâtiment témoin du passé de Villers-aux-Tours. Une demande de permis d'urbanisme avait été affichée à l'entrée du chemin qui conduit au château et l'enquête est close depuis le 9avril dernier. Les autorités communales ont recueilli une dizaine de réactions dont 9 sous forme de pétitions. Pourtant, aucune ne formulait d'opposition formelle au projet sinon «quelques remarques de détails», comme le faisait remarquer Philippe Gemmel, responsable de l'Urbanisme à l'administration communale. Et pourtant..