à Amay, le permis est refusé pour agrandir le lotissement Alice Melin

Le collège communal n'octroie pas le permis d'urbanisation visant à ajouter une habitation et sept immeubles à appartements au lotissement Alice Melin, à Amay.

Frédéric Renson
 Soulagés, les habitants avaient fait opposition au projet, refusant de voir leur lotissement «devenir une cité».
Soulagés, les habitants avaient fait opposition au projet, refusant de voir leur lotissement «devenir une cité». ©Eda Renson 

Certes, l’association formée par Claude Moes et Francesco Raziano peut toujours introduire un recours dans les 30 jours auprès du gouvernement wallon.Mais, la décision prise par le collège communal d’Amay de refuser le permis d’urbanisation visant à agrandir le lotissement Alice Melin a de quoi ravir les riverains. Ils s’étaient formellement opposés au projet lors de l’enquête publique, avec 70 réclamations enregistrées fin 2021.Pour rappel, il était question d’ajouter dans ce quartier qui a fleuri perpendiculairement à la chaussée Roosevelt depuis 2009, une habitation unifamiliale et 7 immeubles à appartements (4 sur la gauche de la placette existante et 3 sur sa droite). Aussi, le projet incluait l’extension de la rue Alice Melin (échouant pour l’instant sur la placette) jusqu’à la rue Marneffe avec une mise en sens unique depuis son entrée par la chaussée Roosevelt.Présentée comme une solution à la sortie actuellement dangereuse du lotissement Melin malgré l’appui d’un miroir (en raison aussi pour certains du stationnement de véhicules à main gauche sur la chaussée Roosevelt), cette modification de voirie avait été avalisée par le conseil communal à la condition que le promoteur obtienne bien son permis d’urbanisation.