Amay: Agressée par un SDF pour 30 € et un vieux GSM

En 2019, un SDF vole le sac à mains d’une vieille dame et lui casse les doigts en pleine rue, à Amay, avant de s’enfuir. Il s’en est expliqué devant le tribunal.

Laurent CAVENATI
 Le SDFavait agressé une dame de 87ans en octobre 2019, lui volant son sac et un vieux GSM.
Le SDFavait agressé une dame de 87ans en octobre 2019, lui volant son sac et un vieux GSM. ©Gudellaphoto – stock.adobe.com

Deux ans de prison ont été requis ce jeudi matin au tribunal correctionnel de Huy par le ministère public envers un SDF. Il était poursuivi pour avoir volé le sac à main d’une vieille dame et pour lui avoir cassé des doigts.

Les faits datent puisqu’ils se sont déroulés en octobre 2019. Ce jour-là, alors qu’elle marche en rue, une octogénaire se fait arracher son sac, qu’elle tient dans sa main gauche, par un individu qui arrive face à elle. La violence de l’agression est telle qu’il lui tord deux doigts et que ces derniers s’avéreront être cassés. "C’est la deuxième fois en quelques années que cette dame de 87 ans se fait agresser dans la rue pour de l’argent, a rappelé son conseil. Cette fois, c’est pour un vieux GSM et 30 € dans son porte-monnaie."

Après le vol, l’individu s’enfuit en courant pour monter, selon l’hypothèse qui s’est dégagée, dans un véhicule en stationnement non loin des lieux de l’agression. Plusieurs personnes assistent à la scène, soit dans sa totalité, soit en bribes. Les différents témoignages, dont l’un provenant d’un monsieur qui passait en voiture, permettent de dresser le portrait-robot d’un homme décrit comme "blanc de peau, de corpulence mince, d’un mètre 70, cheveux clairs, mi-longs, et à l’apparence d’un toxicomane" .

La victime est très marquée physiquement

Deux suspects sont alors identifiés dans le cadre de ce dossier, l’un étant beaucoup trop jeune pour la description qui a été réalisée par les témoins de la scène.Ce qui laisse finalement peu de place au doute, a estimé le ministère public. Aux services de police, la victime expliquera par ailleurs plus tard avoir reçu les confidences d’un jeune homme, un autre marginal, qui lui nomme alors son agresseur.

"C’est de la violence qui est presque gratuite et Madame est très marquée, d’abord physiquement, puisqu’elle a dû suivre des séances de kiné" , a encore ajouté le conseil de la victime, qui a réclamé 3000 € pour couvrir l’ensemble du préjudice matériel, physique et moral.

La victime étant née en 1932, cela constitue une circonstance aggravante, a encore précisé le ministère public, qui a réclamé deux ans de prison: "Il s’agit d’une infraction particulièrement grave" , a-t-elle conclu. À ce jour, le principal suspect de cet acte, un SDF, n’a pas encore été entendu. L’affaire a été prise par défaut.

Jugement le 15 septembre prochain.