Alcool au volant: la police était au taquet sur Huy-Waremme

Le week-end sans alcool au volant s’est déroulé dans toute la Belgique. Nous avons suivi des policiers de la zone Meuse-Hesbaye ce vendredi.

Ariane Kandilaptis
 La police Meuse-Hesbaye a effectué des contrôles à Wanze, vendredi soir.
La police Meuse-Hesbaye a effectué des contrôles à Wanze, vendredi soir. ©Ariane Kandilaptis 

Voitures sur le bas-côté, lumières bleues et un ralentisseur au milieu de la route: le week-end sans alcool a débuté vendredi et devait prendre fin ce lundi matin. Sur une route wanzoise, à 22 h, les contrôles débutent, menés par la brigade du jour et de David Riga, inspecteur principal (service de sécurité routière) de la zone de police Meuse-Hesbaye.

Boire ou conduire, il faut choisir

Au milieu de cette route wanzoise, les voitures sont arrêtées par un ralentisseur et deux membres des forces de l’ordre font souffler les automobilistes dans un détecteur d’alcool: le sampling. "Cet appareil va juste détecter la présence de molécules d’alcool dans l’air. La personne souffle sur un cône. Si vous prenez un sirop pour la toux avec de l’alcool dedans, il va le détecter", explique David Riga. Cette première phase se déroule au milieu de la route, les usagers sont tous obligés d’y passer. Elle permet de contrôler de nombreuses personnes. "Ça va très vite, en 5 secondes, nous avons le résultat (contre 30 secondes pour l’éthylotest). Ça nous permet de contrôler énormément de personnes en un minimum de temps." À partir du moment où l’appareil détecte les molécules, la voiture est mise sur le côté et un agent se charge de faire passer l’éthylotest. "Il a trois possibilités d’affichage: S (la personne est en dessous de la limite légale), A (entre 0,22 et 0,35 mg/l d’air expiré) et P (au-dessus de et 0,35 mg/l d’air expiré)."

Un changement de lieu constant

Les policiers ne restent pas longtemps au même endroit, le temps de contrôle sur un même point peut durer 1h30 ou 2 heures. Ils le savent, les technologies ont changé le rapport qu’ont les usagers à leur présence. "On est sûrement déjà signalés depuis qu’on a mis un cône sur la route. On fait des points qui sont peut-être plus courts qu’avant, mais cela n’empêche pas que l’année passée, sur 2 heures de temps, nous avons retiré 12 permis", explique l’inspecteur principal. Et effectivement, ce vendredi, après près de 2 heures sur cette route wanzoise, les policiers cessent les contrôles et rangent leur matériel, ils vont se rendre sur d’autres routes, et ce, durant toute la nuit. Cette manière de procéder est la même toute l’année. "Nous sommes une zone de police qui fait des contrôles durant toute l’année, cela ne change pas vraiment nos habitudes."

Mesures sur le permis

Heureusement, sur cette route wanzoise, beaucoup d’automobilistes sont négatifs au sampling et peuvent continuer leur route. "En moyenne, sur une nuit, nous pouvons mettre des mesures sur 15 permis de conduire." Cela va du retrait du permis immédiat, à l’interdiction de conduire durant 3 heures. D’ailleurs, à 23h30, deux automobilistes patientent dans leur voiture sur le bas-côté. "Ils attendent que la retenue de leur permis passe. Mais une fois ce temps terminé, ils ne peuvent pas reprendre le volant. Ils doivent d’abord repasser chez nous. Nous vérifions qu’ils n’ont plus bu et si c’est le cas nous leur rendons leur permis de conduire."

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...