Un colloque pour ne jamais oublier les horreurs de la guerre

Les cérémonies du 11 novembre attirent de moins en moins de monde. Et pourtant, elles sont essentielles pour transmettre la mémoire. Un comité a pris le problème à bras-le-corps en organisant un colloque.

Vincent Roger
 Outre les organisateurs, des politiques et des universitaires étaient présents pour ce colloque.
Outre les organisateurs, des politiques et des universitaires étaient présents pour ce colloque. ©EDA

Si vous avez participé à une commémoration de l’Armistice de la Première guerre mondiale, ce 11 novembre, vous vous êtes peut-être senti un peu seul. En effet, il n’y a jamais grand monde à ce genre d’événements, ce que déplore Jacki Pleinevaux, président du Comité de Coordination des Associations patriotiques de Huy et sa Région (CCAPHR) et ancien commandant de réserve des Chasseurs Ardennais. "Le but de ces cérémonies est de se rappeler que des guerres sont possibles, explique-t-il. Mais quand je vois que plus personne ne vient, je me dis qu’il y a un problème." Et le problème, c’est qu’il estime que tout le monde n’est pas conscient du fait que la paix n’est pas une garantie. "Il faut se battre pour la conserver."

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.