Vers une alimentation davantage locale et durable

Egalement dans l’air du temps et par ailleurs inscrite en bonne place parmi les priorités du schéma de développement de l’arrondissement, figure la volonté de favoriser une alimentation dite locale et durable, laquelle se traduit par le recours aux circuits courts.

Vers une alimentation davantage locale et durable

A cet égard, il est marquant de constater qu’un mouvement de fond existe depuis 2016 au départ de la Ceinture Aliment-Terre liégeoise et avec le concours de l’ULiège. Alors même que le festival «Nourrir Liège» vient de se clôturer, l’objectif fixé est de créer un conseil de politique alimentaire qui est conçu comme un organe de gouvernance visant à fédérer l’ensemble des acteurs concernés par cette thématique sur le territoire liégeois.

Dans un autre registre, plus culturel et événementiel celui-là, la troisième édition des «Métamorphoses» est programmée plusieurs dimanches durant le mois d’août prochain, et ce dans le respect des mesures sanitaires en vigueur. Lesquelles consistent en une opération de promotion de la métropole liégeoise au travers de plusieurs projets jugés structurants. «Il s’agira d’une formule itinérante sous forme de balades cyclo-pédestres en impliquant un maximum de communes». Un autre élément positif est constitué selon Willy Demeyer par une réforme de la politique intégrée de la ville, laquelle doit profiter tant à Liège qu’à Seraing. Ainsi donc, ce sont des budgets importants, de l’ordre de 50,5 et 16,4 millions d’euros sur quatre ans, qui doivent leur être octroyés et qui seront donc investis au sein de la métropole liégeoise.