D’une principauté épiscopale à une véritable métropole

Liège, une cité, ardente s’il en est, devenue au fil du temps une ville puis une métropole… L’héritage de la Principauté épiscopale du Saint-Empire romain germanique dont elle fut le chef-lieu est encore bien présent et il se marque notamment par un «esprit liégeois».

D’une principauté épiscopale  à une véritable métropole
©TONNEAU

Lequel, volontiers frondeur comme on a encore pu le vérifier dans le cadre de la crise sanitaire, n’est donc sans aucun doute pas étranger à ces huit siècles d’histoire. Celle de Liège a pour ainsi dire débuté le jour où Lambert, l’évêque de Tongres, y a été assassiné. Cet ancien petit bourg situé au confluent de la Légia et de la Meuse est ensuite devenu le siège du diocèse de Tongres-Maastricht, de quoi sceller sa vocation de cité religieuse.«Liège doit Notger au Christ et le reste à Notger». Ainsi dit l’adage désormais célèbre, faisant référence en l’espèce à la période faste due à ce prince-évêque bâtisseur. On doit en effet à ce dernier la place que l’on n’appelait pas encore Saint-Lambert mais aussi un palais devenu provincial ainsi qu’une cathédrale qui fut quant à elle détruite. La région a également eu à vivre sa propre révolution, symbolisant l’attachement de ses habitants à leurs libertés. Après avoir aussi été sous domination française puis hollandaise, Liège est désormais devenue une véritable métropole située au cœur de l’Euregio Meuse-Rhin.